CARTE. Législatives 2022 : qui sont les députés élus dans le Gard ?

Plus sur le thème :

Dans le Gard, le Rassemblement national s'est imposé dans quatre circonscriptions. La NUPES a réussi à tirer son épingle du jeu en remportant la 5e circonscription. Or pour la majorité présidentielle, les scores sont bien moindres qu'en 2017, un seul député élu contre cinq aux dernières élections.

Des plateaux des Costières à Alès en passant par Aigues-Mortes, le vote de l'extrême-droite s'est imposé. Le territoire gardois est ancré à droite depuis quelques années or jamais le Rassemblement national n'avait obtenu des scores aussi importants. 

L'élection présidentielle d'avril dernier pouvait laisser présager de tels votes aux législatives. Marine Le Pen était arrivée en tête face à Emmanuel Macron avec 52,15 % des suffrages exprimés. Dans certaines villes, les résultats étaient bien plus affirmés en faveur de l'extrême-droite, comme 57 % à Aigues-Mortes, 62 % à Gagnières ou encore 60 % à Saint-Gilles. 

Où est la majorité présidentielle ?

Cette année, les candidats sous la bannière macroniste revisitée Ensemble !, ont été en difficulté. Dans l'ensemble des résultats du département, ils terminent sur la troisième marche du podium avec 23 % des suffrages du premier tour. Pourtant en 2017, cinq des six députés représentaient la majorité présidentielle.

La majorité présidentielle termine néanmoins première à Nîmes. Plus de la moitié des électeurs ont plébiscité Ensemble ! Regardez les résultats complets sur notre carte interactive.

Présents au second tour dans cinq circonscriptions sur six, le ballotage ne leur a pas été favorable face à la montée du RN.  Françoise Dumas (1e), Yvan Lachaud (2e) et Anthony Cellier (3e) sont éliminés.

Philippe Berta s'impose quant à lui face à Nicolas Cadène (NUPES) dans la 6e circonscription : "Je suis le seul député majoritaire gardois élu ce qui donne des responsabilités nouvelles. Il faudra reconquérir la démocratie et travailler différemment à l'avenir pour trouver une nouvelle forme de démocratie." L'élu partage son quotidien entre le Palais Bourbon et l'université de Nîmes où il enseigne. Doctorant en biochimie, il est aussi directeur de recherches à l'INSERM. L'objectif de son mandat politique: atteindre le 0 % chômage.

Le RN de la Camargue aux portes des villes

Une montée de l'extrême-droite confirmée par ces législatives. Exemple dans la première circonscription, avec le duel désormais habituel, entre Yoann Gillet et Françoise Dumas. En 2017, la députée sortante de la majorité présidentielle l'avait emporté. Pas cette fois-ci.

Yoann Gillet, 34 ans, sera député grâce à ses 52,01 % obtenus. Il est épaulé par son suppléant, une figure du RN locale : Julian Sanchez, le maire de Beaucaire. Habituellement les rôles sont inversés, c'est Yoann Gillet qui accompagne l'édile en tant que directeur de cabinet.

En élisant, moi et les trois autres députés RN, les électeurs ont décidé de changer les choses. On sera offensifs ici sur le territoire et à l'Assemblée nationale pour défendre les convictions de Marine Le Pen.

Yoann Gillet, député 1ere circonscription du Gard (RN)

L'autre grand favori du RN, Nicolas Meizonnet, termine aussi en tête avec dans la 2e circonscription avec 56,65 % des voix face à Yvan Lachaud (Horizons). L'élu s'impose comme le successeur de Gilbert Collard. En 2019, c'est lui qui avait pris sa succession en tant que suppléant.

Dans la 3e circonscription, un duel entre deux conseillers municipaux de Bagnols-sur-Cèze. C'est Pascale Bordes, avocate de profession, qui est finalement élue avec 51,32 % des voix face à Anthony Cellier (Renaissance). 

Enfin dans la 4e circonscription, c'est Philippe Meurin qui s'impose avec 54,49 %. Ce commercial de 32 ans dans les énergies renouvelables représente le parti de Marine Le Pen. 

La NUPES en tête dans une circonscription 

Au premier tour, l'alliance de la gauche écologique et sociale a terminé en tête à Nîmes. Une tendance qui s'inscrit dans la continuité des résultats de la présidentielle. Jean-Luc Mélenchon avait conquis la ville. Le candidat de l'Union populaire avait terminé en tête du premier tour avec 28 % des voix.

La NUPES au cœur de la capitale gardoise : une position non confirmée avec ce second tour des législatives. L'alliance de gauche n'arrive qu'en seconde position derrière la majorité présidentielle à Nîmes.

C'est Michel Sala qui obtient le meilleur score pour la NUPES dans la 5e circonscription. Après s'être qualifié au premier tour avec 33,4 % des voix, il arrive aussi en tête au second devant le RN avec 53 % des voix : "Dans cette élection, trois satisfactions : le fait que Renaissance n'ait pas de majorité absolue, que la gauche soit mise en avant sur cette circonscription et surtout que nous soyons au niveau national, la première force d'opposition." La 5e circonscription du Gard est un territoire historiquement à gauche, la parenthèse de 5 ans aux mains de la majorité présidentielle est terminée.

Le fait que nous ayons repris cette circonscription parait logique, même face à la poussée du RN.

Michel Sala, député élu 5e circonscription du Gard

De la mairie de Saint-Félix-de-Paillères à l'Assemblée nationale désormais, l'élu gardois entend défendre ses convictions. A savoir, rétablir une justice sociale et l'emploi dans un territoire marqué par la pauvreté.

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité