Colère des agriculteurs : les manifestants quittent le blocage de l'autoroute A9, la circulation toujours interrompue à Nîmes

Les agriculteurs quittent, depuis ce 1er février au soir, le barrage installé à Nîmes, dans le Gard, sur l'autoroute A9. La circulation est bloquée depuis plus d'une semaine dans ce secteur. Des opérations de nettoyage sont en cours.

Ils tenaient le barrage à hauteur de Nîmes, dans le Gard, sur l'autoroute A9, depuis plus d'une semaine. Les agriculteurs lèvent le blocage depuis ce 1er février au soir. 

L'autoroute n'est cependant pas  encore rouverte à la circulation ce vendredi 2 février. Vinci espère une réouverture dans le week-end. 

"La Coopération Viticole reconnaît des avancées suite des annonces du gouvernement de ces derniers jours", indiquent les vignerons coopérateurs d'Occitanie dans un communiqué. Ces derniers déplorent cependant un manque de prise en compte "des caves coopératives" dans les mesures annoncées. "Sans un soutien aux trésoreries des entreprises coopératives, qui sont le prolongement de l’exploitation viticole et qui représentent près de 70% de la production de notre région, l’avenir est incertain", écrivent-ils. 

À lire aussi : Colère des agriculteurs. "Un mec qui vit tout seul, qui est très endetté , il parle à qui ? A sa corde ?"

"Levée du blocage de l'autoroute en cours. À midi venez manger avec nous à la Chambre d'agriculture du Gard", indique la FDSEA du département sur ses réseaux sociaux. 

Des camions étaient présents ce vendredi matin sur l'autoroute pour le nettoyage des voies. Des bottes de pailles étaient encore présentes sur place, comme a pu le constater France 3 Occitanie.

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité