Gard : à Bagnols-sur-Cèze, des habitants reçoivent des comprimés d'iode contre le risque nucléaire

Le 28 janvier dernier, le ministère de l'Intérieur a annoncé le lancement de la deuxième phase de distribution des comprimés d'iode dans les communes situées à proximité des 19 centrales nucléaires françaises. Dans le Gard, des habitants de Bagnols-sur-Cèze ont reçu ces médicaments par la poste.

L'iodure de potassium protège la thyroïde des émissions radioactives en cas d'accident nucléaire.
L'iodure de potassium protège la thyroïde des émissions radioactives en cas d'accident nucléaire. © THIERRY GACHON / MAXPPP

Ces derniers jours, des habitants de Bagnols-sur-Cèze (Gard) ont reçu un courrier de la part de la Direction Générale de la Santé dans leur boîte aux lettres. Une fois n'est pas coutume, rien à voir avec le Covid-19 : la lettre concerne le risque nucléaire et elle est accompagnée d'une boîte d'iodure de potassium. 

Comme 2,2 millions de Français, les Bagnolais peuvent être exposés à des risques en cas d'accident nucléaire. La commune gardoise se trouve en effet à 20 kilomètres à vol d'oiseau du site du Tricastin, situé à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme).

L'iode stable contre l'iode radioactive

Depuis près de 25 ans, les distributions d'iode ont lieu régulièrement pour les personnes qui vivent ou travaillent dans un rayon de 10 à 20 kilomètres autour de l'une des 19 centrales nucléaires françaises.

Une nouvelle campagne avait été lancée à partir de septembre 2019 : les riverains pouvaient se procurer les comprimés gratuitement en pharmacie. Le 28 janvier dernier, le ministère de l'Intérieur a annoncé l'activation de la deuxième phase du plan : il a décidé d'envoyer les médicaments directement par voie postale à 600 000 foyers identifiés n'ayant pas pu les récupérer au préalable. 

Ingérer des comprimés d'iode stable protège la thyroïde contre l'iode radioactif qui pourrait être rejeté dans l'environnement en cas d'incident. Mais attention, ces médicaments ne peuvent être absorbés qu'en cas de situation accidentelle et seulement sur avis des autorités.

Le maire de Bagnols-sur-Cèze fait de la pédagogie                         

Samedi 20 février, le maire de Bagnols-sur-Cèze Jean-Yves Chapelet a posté une vidéo sur la page Facebook de la ville pour informer et rassurer ses administrés. "Ce n'est pas parce qu'on parle risque nucléaire que la centrale du Tricastin explosera demain. Tout va bien de ce côté-là !", a-t-il assuré. 

Lors de la première phase de la campagne, tout le monde ne s'était pas procuré ses pastilles d'iode. Et bien que des habitants aient pu les recevoir depuis par courrier, certains ont pu être oubliés. L'édile encourage donc toutes les personnes sans iodure de potassium à la maison à se rendre en pharmacie. "Le risque zéro n'existe pas et rien ne vous empêche de vous procurer ces comprimés pour tous les membres de votre famille à protéger". À bon entendeur !

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société nucléaire environnement social économie famille