• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Gard : en excès de vitesse, le motard refuse de s'arrêter et fuit sur 22 kilomètres

© Gendarmerie du Gard - Facebook
© Gendarmerie du Gard - Facebook

Les gendarmes du Gard ont poursuivi pendant 22 kilomètres un motard en excès de vitesse refusant de se laisser interpeller. L'homme, qui avait un passager à l'arrière, a fini par s'arrêter.

Par RD

Il n’avait décidément pas envie de s’arrêter. Lors d’un contrôle de vitesse sur la RD 106 à Vézenobres, dans le Gard, les gendarmes ont pris sur le fait un motard en excès de vitesse. Au volant d’une motocyclette Yamaha de type R1, l’homme roulait à 154 km/h au lieu de 110, en direction d’Alès.

A l’arrière de la moto, un passager.

Deux motocyclistes de la gendarmerie ont tenté d’intercepter le véhicule hors la loi avant Alès, mais le pilote a refusé d’obtempérer : se faufilant entre les véhicules, il s’est enfui en prenant la rocade Est.

Commence alors une véritable course poursuite, sur plus de 22 kilomètres. A deux reprises, les gendarmes rattrapent le motard. A deux reprises, ce dernier est reparti de plus belle.

Finalement, sur une route étroite et sinueuse, le motard a stoppé son engin. Les gendarmes rapportent qu’à leur approche, il a retiré son casque et l’a projeté au sol, de rage.
 

Permis de conduire suspendu


Les militaires ont placé l’homme en garde à vue. La motocyclette a elle fait l’objet d’une saisie judiciaire. Le permis de conduire du pilote a bien sûr été suspendu.

Le lendemain, présenté devant le magistrat d'Alès, l’attitude du motard a donné lieu à une convocation à comparaître devant le tribunal correctionnel compétent au mois de mai, pour notamment une mise en danger d'autrui dû à son comportement vis à vis des autres usagers de la route.
En attendant son jugement, il est soumis à un contrôle judiciaire.

Sur leur compte Facebook, les gendarmes préviennent : 
 

Nous continuerons à traquer ce genre de comportement irresponsable, surtout avec un passager, sans aucun état d'âme. Le code de la route n'est pas une "base de négociation", surtout dans un département à 60 morts par an.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Perpignan : des casseurs attaquent une permanence parlementaire après le rassemblement des gilets jaunes

Les + Lus