Grogne à l'hôpital psychiatrique d'Uzès dans Gard

Nouvelle journée de mobilisation du personnel soignant de l'hôpital psychiatrique d'Uzès. Ils étaient une quarantaine en grève ce jeudi 17 octobre, rassemblés devant l'établissement. Ils protestent contre la dégradation de leur conditions de travail et la mise en place d'une charte de la mobilité / © C. Nicolas. FTV
Nouvelle journée de mobilisation du personnel soignant de l'hôpital psychiatrique d'Uzès. Ils étaient une quarantaine en grève ce jeudi 17 octobre, rassemblés devant l'établissement. Ils protestent contre la dégradation de leur conditions de travail et la mise en place d'une charte de la mobilité / © C. Nicolas. FTV

Journée de mobilisation du personnel soignant de l'hôpital psychiatrique d'Uzès. Ils étaient une quarantaine en grève ce jeudi 17 octobre, rassemblés devant l'établissement. Ils protestent contre la dégradation de leur conditions de travail et la mise en place d'une charte de mobilité.

Par Josette Sanna

Des personnels soignants de l'hôpital psychiatrique Le Mas Careiron d'Uzès, - une quarantaine sur les 280 employés de l'établissement-,  étaient en grève ce jeudi 17 octobre pour dénoncer la dégradation de leurs conditions de travail, des problèmes de réduction des effectif et la mise en place d'une charte voulue par la direction.

Changer de service tous les 5 ans

Cette charte imposerait  aux ecmployés de changer de service tous les cinq ans.
"On s'y oppose car cela dégraderait la qualité des soins. Les patients ont besoin d'un référent chez les soigants pour une bonne prise en charge de leur situation singulière, et que ceux-ci connaissent leur histoire ", précise Edoaurd Gloannec, secrétaire Sud du Centre hospitalier du Mas Careiron. 

L'humain

 "Ici on travaille sur de l'humain et le soin est directement lié aux conditions de travail. Sans cela on ne peut pas travailler correctement", ajoute Muriel Fumat Secrétaire FO du  Centre hospitalier du Mas Careiron.

Evolution professionelle ?

Une délégation de grévistes a été reçue par la direction. Si elle n'a pas souhaité s'exprimer face à notre caméra, elle précise cependant "comprendre l'inquiétude des salariés" et ajoute vouloir mettre en oeuvre cette charte pour permettre à ses salariés d'évoluer dans leurs professions respectives et pour "permettre à ceux qui sont affectés dans des services difficiles, de pouvoir en changer".
Une réponse qui ne satisfait pas les personnels grévistes qui envisagent d'autres actions pour se faire entendre.

A lire aussi

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus