Municipales 2020 : ce qu'il faut retenir du débat de Marguerittes près de Nîmes

Ils sont trois à briguer la mairie de Marguerittes, près de Nîmes (Gard) dont le sortant William Portal (Divers Centre). Et les trois hommes ont participé au débat du second tour des municipales sur France 3 Occitanie ce lundi 22 juin à 18h. Un débat animé par Eric Félix.
 
Ils sont trois à briguer la mairie de Marguerittes, près de Nîmes (Gard) dont le sortant William Portal (Divers Centre). Et les trois hommes ont participé au débat du second tour des municipales sur France 3 Occitanie ce lundi 22 juin à 18h.
Ils sont trois à briguer la mairie de Marguerittes, près de Nîmes (Gard) dont le sortant William Portal (Divers Centre). Et les trois hommes ont participé au débat du second tour des municipales sur France 3 Occitanie ce lundi 22 juin à 18h. © D. Mutel / FTVI

Marguerittes est une commune de 9000 habitants près de Nîmes, intégrée à la Métropole. Une des 47 de communes du Gard au second tour.  87% des villes et villages ont été pourvues dès le 1er tour dans le département

Denis Bruyère 18,1 % divers centre issu de la majorité sortante qui a décidé de mener sa propre liste

Rémi Nicolas, divers gauche  (41,5 %) est arrivé nettement en tête au 1er tour. Wiliam Portal (22%) élu à la tête de la commune depuis 1989 brigue à 76 ans un 6ème mandat : « Mon expérience est là »

Stéphane Guillemin arrivé 3ème s’est retiré au profit du 4ème Denis Bruyère (18,1%) divers centre issu de la majorité sortante qui a décidé de mener sa propre liste. "Une alliance 50-50", assure-t-il.

Urbanisme

Rémi Nicolas : "nous refusons le projet qui nous est présenté d’urbanisation de la plaine agricole. La réalité de ce projet c’est 500 logements, 1500 à 2000 personnes supplémentaires : c’est la création d’une nouvelle ville. C’est un modèle dépassé, du passé. Nous, nous voulons repenser la ville à travers la requalification des logements vacants ou insalubres, la valorisation des quelques friches foncières qu’ils nous restent mais surtout en proposant une nouvelle offre de logements respectueuse des habitants déjà installés". 

William Portal : "Je ne comprends pas ces arguments. Notre projet est un atout considérable pour la ville de Marguerittes. Le développement économique va se mettre en place près de la gare qui va générer à  la fois de l’habitat, de la mobilité et ensuite du développement économique. C’est un projet incontournable".

Denis Bruyère, issu de la majorité : "Dans mon programme initial, j’étais pour. On urbanisera que sur 2,4% de la totalité des terres agricoles de Marguerrittes. Il y a de quoi faire de l’agriculture, il n’ y a aucun problème. Nous sommettrons ce projet aux habitants et ils décideront".

Chômage et économie

Taux de chômage : 15% aujourd’hui. Pour Rémi Nicolas : "La situation s’est considérablement aggravée et va continuer de s’aggraver dans les mois qui viennent. La vocation agricole de notre plaine est source de développement économique, créateur d'emplois de proximité non délocalisable. C’est pourquoi nous devons soutenir l’installation de nouveaux agriculteurs. Et nous devons soutenir les commerçants du centre ville impactés par la crise".

William Portal évoque le projet "Territoire 0 chômeur": "La mise en place d’une économie solidaire. Avec des aides conséquentes : chaque emploi crée est indemnisé par l’Etat à hauteur de 18000 euros, c’est la moitié du coût du travail, c’est considérable".

Sécurité :

Rémi Nicolas : "Nous augmenterons le nombre de caméras. Nous aurons un nouveau plan de déplacements doux et sécurisés".

Denis Bruyère : "Il faut redéployer la police municipale, équiper les policiers de caméras piétons et les équiper de vélos à assistance électrique".

William Portal : "La sécurité est en place et elle est efficace".

Démocratie participative

Denis Bruyère : "en ce qui concerne les programmes structurants de la commune, il y aura des réunions publiques, on exposera les programmes et on demandera aux habitants ce qu’ils en pensent : une bonne idée peut arriver d’une réunion".

Rémi Nicolas : "nous mettrons en place des comités de quartier avec des budgets dédiés, un conseil des anciens et des budgets participatifs pour que les citoyens soient associés à l’avenir de la commune et si nécessaire des réferendums d’intérêt communal pour tous les projets structurants de la commune".

Revoir le débat en cliquant dans le player ci-dessous :

 

Contrairement à plusieurs maires sortants, dont ceux de Nîmes Jean-Paul Fournier ou de Bagnols-sur-Cèze Jean-Yves Chapelet, celui de Marguerittes a accepté de débattre avec les deux autres candidats encore en lice au second tour.

William Portal, Divers Centre, occupe le fauteuil de premier magistrat de cette commune de près de 9000 habitants depuis 1989. Agé de 76 ans, il brigue donc un sixième mandat. Enseignant à la retraite, il assure que « l’expérience peut remplacer la vitalité ».

Réélu en 2014 au 1er tour, mais dans un simple duel, avec 57% des suffrages, il a perdu en six ans près des trois quarts de ses voix. Même avec un taux d’abstention en hausse de 20 points, l’évaporation de son électorat est énorme.

Rémi Nicolas en position de force

Le premier à en bénéficier est son seul adversaire de 2014, le Divers Gauche Rémi Nicolas, arrivé en tête le 15 mars. Dans ce contexte de forte désaffection électorale enregistrée au 1er tour, lui n’a perdu que 600 de ses 1800 bulletins obtenus il y a six ans.

Près de 20 points séparent les deux hommes. Rémi Nicolas, qui a obtenu pratiquement deux fois plus de suffrages que William Portal, est en position de force avec 41,5% des voix. Il pourrait bien détrôner le 28 juin l’un des plus anciens maires encore en fonction dans le Gard.

Denis Bruyère, le 3ème homme

Le troisième homme en lice n’est pas un inconnu à Marguerittes. C’est le Divers Centre Denis Bruyère, un ancien adjoint aux finances de William Portal. S’il a fait sécession, c’est en raison de la promesse du maire, finalement non tenue,  de lui passer le flambeau. Arrivé pourtant 4ème au 1er tour, il a depuis obtenu le ralliement du Divers Droite Stéphane Guillemin, un autre ancien de la majorité municipale, 3ème le 15 mars et qui a préféré se retirer.

La liste fusionnée que conduira Denis Bruyère est constituée à parts égales de ses colistiers et de ceux de Stéphane Guillemin. Lors du scrutin il y a trois mois, ils pesaient à eux deux 36% et plus de 1.000 voix, un peu moins que Rémi Nicolas mais beaucoup plus que William Portal.

Avec plus de 57% d’abstention au 1er tour, et avec une campagne de terrain soumise aux mesures sanitaires, les trois candidats vont avoir fort à faire pour convaincre les indécis et ceux qui ont boudé les urnes le 15 mars.

L'urbanisme, enjeu majeur

Pour séduire les 7000 personnes inscrites sur les listes électorales, les trois hommes mettent d’abord en avant leurs projets en matière d’urbanisme. William Portal insiste sur l’équilibre trouvé entre la préservation d’un espace agricole fort avec oliviers et vignes et le développement de zones d’activités sur les 2500 hectares de la commune.

Faut-il étendre l'urbanisation de Marguerittes ? Les trois candidats ont des avis divergents.
Faut-il étendre l'urbanisation de Marguerittes ? Les trois candidats ont des avis divergents. © Eric Félix FTV

Sur ce point, Rémi Nicolas est loin de donner un satisfecit au maire sortant. Il fait du cadre de vie et de l’environnement une de ses priorités, et veut réussir à concilier aménagement et espaces publics, croissance et qualité de vie.

Denis Bruyère, pour sa part, comprend mal pourquoi limiter à 30 le nombre d’hectares inclus dans le Plan Local d’Urbanisme voulu par la municipalité actuelle quand la commune en compte plus de 1200 de terres agricoles.

L'économie au programme de la campagne

Le développement économique dessiné par les trois hommes pourrait également être un argument de campagne. Faut-il aménager la dernière ZAC encore disponible pour répondre à la demande ? La volonté de la mairie et de la CCI du Gard de faire de Marguerittes un territoire Zéro chômeur peut-il faire les frais d’un éventuel changement de majorité ? Et quel sera l'appui financier de l’agglomération de Nîmes Métropole, dont le maire actuel est vice-président délégué à la mobilité et aux transports ?

Mais les trois candidats devront dire aussi comment construire un budget municipal de plus en plus contraint où la part laissé à l’investissement devient limité. Dans ces conditions, faut-il rendre prioritaires les mesures liées à la sécurité, y compris sanitaires, crise du Covid-19 oblige ?

Sur France 3 Occitanie, les trois hommes auront 40 minutes pour dessiner l’avenir qu’ils proposent aux habitants de leur commune, dans la continuité en cas de réélection de William Portal ou pour écrire une nouvelle page municipale si l’un de ses adversaires l’emportait le 28 juin prochain. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections