Cet article date de plus de 3 ans

Nîmes : 200 personnes ont marché en soutien aux pompiers caillassés dans le quartier Pissevin

Ce vendredi après-midi, une marche citoyenne était organisée dans le quartier Pissevin à Nîmes pour sensibiliser la population aux violences que subissent les sapeurs-pompiers du Gard depuis plusieurs jours. Plus de 200 personnes ont participé à cette marche. 

Rassemblement en soutien aux pompiers du Gard ce vendredi après-midi - 20 octobre 2017
Rassemblement en soutien aux pompiers du Gard ce vendredi après-midi - 20 octobre 2017 © France 3 LR
Les sapeurs-pompiers du Gard, sont sur les nerfs et dénoncent leur mécontentement.
Ils ont organisé ce vendredi après-midi une marche citoyenne pour sensibiliser la population aux violences qu’ils ont subies ces derniers jours en intervention mais aussi à leurs manques de moyens. 

Au niveau effectif, il n'y aurait que 645 sapeurs pompiers professionnels dans le département alors que 673 seraient budgétés. Autre grief: la qualité des véhicules d'intervention. 57 camions feux de forêt seraient à renouveler et le syndicat craint de nouvelles coupes budgétaires. Il manquerait quatre millions d'euros pour boucler le budget 2018.

Environ 200 habitants se sont joints à la manifestation pour exprimer leur soutien à ces pompiers : 

J’en ai marre de voir les pompiers accompagnés des policiers, des médecins accompagnés des policiers. Sur Pissevon, nous ne sommes pas complices de cela, il y a 13 000 habitants et ce que l’ont veut c’est vivre ensemble et vivre en paix. 

Le reportage d'Armelle Goyon et Pierre Trouillet 

durée de la vidéo: 01 min 52
Nîmes : marche citoyenne en soutien aux pompiers caillassés dans le quartier Pissevin ©France 3 LR


Les soldats du feu s'en remettent depuis au préfet du Gard pour revoir le dispositif de sécurité dans des zones sensibles de la ville, notamment le système d'accompagnement des forces de l'ordre.

Jean-Pierre Fehlann, pompier de Nimes : 

On a mis en place un système où les forces de l’ordre nous accompagnent en intervention, mais quand les attend il en va de la vie des victimes, parfois une à deux minutes sur une intervention ça peut coûter la vie.


D’autres manifestations ont eu lieu cette semaine, une vente de crêpes notamment pour récolter des fonds en vue de financer des camions et des postes supplémentaires.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pompiers faits divers manifestation économie social police société sécurité