Cet article date de plus de 3 ans

Nîmes au patrimoine mondial de l'Unesco : ce n'est pas encore gagné !

Les experts internationaux de l’ICOMOS, le conseil international des monuments et des sites a rendu un rapport concernant la candidature de la ville de Nîmes au patrimoine mondial de l’Unesco. Et ils n’ont pas été tendres avec la capitale gardoise. Explications.
Nîmes future Rome Française ? Il y a encore du boulot selon les experts de l’ICOMOS.

Pendant plusieurs mois, l’ICOMOS, le conseil international des monuments et des sites, a travaillé sur l’évaluation des sites et monuments au patrimoine mondial de l’Unesco pour l’année 2018. Parmi les 26 prétendants : la ville de Nîmes. Le dossier nîmois sera présenté fin juin à Bahreïn

Les experts internationaux ont dévoilé ce lundi en fin de journée leur rapport.

Et, il pointe de nombreuses réserves quant à la candidature de la ville de Nîmes au patrimoine mondial de l’Unesco, et demande à ce que la proposition soit différée. C’est-à-dire que l’étude soit plus approfondie. Explications.

Une étude comparative pas favorable

L’étude comparative se fait avec des biens français et italiens liés au monde romain mais aussi avec des biens européens et non européens inscrits sur la liste du patrimoine mondial ; Parmi ces villes, Arles, Orange, Lyon, Athènes, Naples.

A la suite de cette étude, L’ICOMOS considère que « les structures construites pendant la période de l’Empire romain sont déjà très bien représentées et que Nîmes ne se distingue pas assez des autres villes aux origines romaines déjà inscrites. »

A ce stade, «  l’analyse comparative ne justifie pas l’inscription de la ville sur la liste du patrimoine mondiale de l’Unesco ».

Une valeur universelle exceptionnelle ? 

Pas vraiment selon les experts de l'ICOMOS. En effet, ils considèrent notamment que l'influence des monuments anciens ne s'est fait sentir qu'à partir du XVIIIème siècle, des tendances urbaines appliquées " partout en France et en Europe à cette époque". 

De plus, le patrimoine néoclassique de Nîmes est décrit dans le dossier comme étant d'importance moyenne comparé à d'autres villes comme Paris, Lyon, Edimbourg. 

Protection, conservation et gestion du patrimoine ? 

L'ICOMOS considère que sur ces points, la ville de Nîmes est conforme mais peut s'améliorer, en particulier sur le système de gestion des biens.

En conclusion, les experts ne se positionnent pas en défaveur de la candidature au patrimoine mondial de l'UNESCO mais estiment qu'il est nécessaire de retravailler le dossier avant la présentation fin juin à Bahreïn. Il reste six semaines à la ville et à l'Etat pour muscler leur dossier. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
unesco culture patrimoine économie tradition sorties et loisirs