Nîmes : les dons du sang se font plus rares

Alors que les besoins des malades sont toujours aussi importants, les donneurs se rendent de moins en moins dans les centres de prélèvement, notamment à l'Établissement français du sang à Nîmes. 

Entre les fêtes, les départs en vacances, et les épidémies de grippe et de gastro entérite, le début d'année n'est pas une période faste pour le don du sang. Pourtant les besoins sont là. 

Aujourd'hui au plan national les stocks de produits sanguins atteignent 10 jours au lieu des 15 nécessaires.Un déficit qui provient en partie du manque de régularité des dons tout au long de l'année.


À Nîmes, l'Établissement français du sang a élargi ses horaires matinaux et réfléchit à d'autres pistes pour atteindre les 15% de produits sanguins supplémentaires dont il aura besoin en 2018. "Une organisation au niveau de la ville de Nîmes d'une collecte fixe en plus grand nombre serait potentiellement intéressante pour augmenter nos ressources", affirme le docteur William Bianco. 

Chaque année en France le don du sang permet de soigner 1 million de malades.

Alors que les besoins des malades sont toujours aussi importants, les donneurs se rendent de moins en moins dans les centres de prélèvement, notamment à l'Établissement français du sang à Nîmes. ©F3 LR

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité