Opérations de police à Nîmes : 69 contrôles au quartier Pissevin-Valdegour, 3 interpellations

Une importante opération de police menée dans le quartier Pissevin-Valdegour de Nîmes a mené à trois interpellations ce 10 novembre, pour détention de stupéfiants et infraction routière. 69 personnes ont été contrôlées.
69 contrôles ont été menés dans le quartier Pissevin-Valdegour à Nîmes de 15 à 16h30 ce 10 novembre.
69 contrôles ont été menés dans le quartier Pissevin-Valdegour à Nîmes de 15 à 16h30 ce 10 novembre. © DDSP30
Le quartier de Pissevin-Valdegour à Nîmes a été le théâtre d'une importante opération de police ce 10 novembre. En 1h30, les forces de l'ordre ont contrôlé 69 personnes sur l'espace public et dressé une trentaine de procès verbaux, la plupart pour défaut d'attestation ou attestation on valide, pour non-port du masque. Cinq personnes ont reçu une amende forfaitaire pour détention de stupéfiants.

Trois interpellations dont une rébellion

Trois personnes ont cependant été interpellées dans la journée à Pissevin, pour infraction routière et détention de stupéfiants. "On a eu une rebellion aussi : un jeune a refusé d'être contrôlé et s'est enfuit à notre arrivée," regrète le commissaire Emmanuel Dumas. Rattrapé, l'individu fait l'objet d'une convocation par officier de police judiciaire devant le tribunal correctionnel.
 

C'est une opération classique anti-délinquance, pour lutter contre le deal de rue, verbaliser les acheteurs potentiels, interpeller les petites mains. À celà, il faut ajouter le contexte sanitaire : on veille à contrôler les attestations et les ports de masques.

Emmanuel Dumas, commissaire de la police nationale à Nîmes

Les forces de l'ordre ont mené des contrôles dans onze commerces et n'ont relevé aucun infraction.
Les forces de l'ordre ont mené des contrôles dans onze commerces et n'ont relevé aucun infraction. © DDSP30


Par ailleurs, 163 contrôles ont été menés dans les transports en commun et mené à onze verbalisations.

Pour cette "opération hebdomadaire", la direction départementale de la sécurité publique (DDSP) du Gard s'est alliée avec l'Escadron de Gendarmerie Mobile d'Orange, la Police Municipale de Nîmes et des agents Tango.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité coronavirus/covid-19 santé