Prévention de la délinquance : Sabrina Agresti-Roubache en visite à Nîmes pour signer le contrat de sécurité intégrée entre la ville et l'Etat

Sabrina Agresti-Roubache, secrétaire d'Etat chargée de la Ville, était en déplacement à Nîmes, dans le Gard, ce jeudi 25 avril. Elle venait notamment pour signer le très attendu contrat de sécurité intégrée (CSI) entre l'Etat et la ville de Nîmes.

Elle avait choisi Nîmes pour lancer le premier Conseil national de la refondation sur la prévention de la délinquance, et mener une concertation avec tous les acteurs sur le terrain. La secrétaire d'Etat chargée de la Ville, Sabrina Agresti-Roubache, était en visite ce jeudi 25 avril dans la préfecture gardoise.

Elle s'est d'abord rendue au collège Romain-Rolland, dans le quartier du Chemin-Bas-d'Avignon, pour s'entretenir avec les acteurs locaux. À sa sortie de l'établissement, la représentante de l'Etat a annoncé l'extension de la cité éducative de Nîmes aux quartiers Chemin-Bas-d'Avignon, Clos d’Orville et Mas de Mingue, en plus de ceux de Pissevin et Valdegour, concernés depuis 2019.

Renforcer l'alliance des acteurs locaux

"Les cités éducatives sont une grande alliance de l'Education nationale, avec bien sûr les parents d’élèves, les élus locaux, les associations... Cela permet aux parents de s’impliquer dans un projet pédagogique qui concerne leurs enfants", salue Sabrina Agresti-Roubache, qui révèle avoir doublé la part de financement de l'Etat pour celle de Nîmes.

La secrétaire d'Etat en a aussi profité pour annoncer "la généralisation" de ces cités éducatives en France, avec un budget renforcé : aux 79 millions d’euros de financement déjà existants, compris dans l'enveloppe des politiques de la ville, s'ajoutent 29 millions d’euros pour subventionner de nouveaux projets.

Le contrat de sécurité intégrée enfin signé

La secrétaire d'Etat chargée de la Ville s'est ensuite rendue au centre André Malraux, toujours au Chemin-Bas-d'Avignon, pour le second but de sa visite : procéder à la signature du contrat de sécurité intégrée (CSI) entre l'Etat et la ville de Nîmes. Ces contrats, créés en 2021, permettent de formaliser et de renforcer un partenariat entre l'Etat et les collectivités locales, dans le domaine de la sécurité.

"Ce CSI de Nîmes permet un vrai engagement entre la municipalité et tous les services de l'Etat, appuie Sabrina Agresti-Roubache. Par exemple, le ministre de l'Intérieur s’est engagé à apporter, d’ici à 2026, 15 effectifs de police à Nîmes. De son côté, Monsieur le maire s'est engagé, d’ici à 2026 également, à recruter 30 nouveaux policiers municipaux."

Le CSI est une façon de contractualiser les engagements de l’Etat et d’une municipalité sur une vision commune, dans tous les pans de la vie quotidienne d’une ville : la justice, la sécurité, l'éducation, les politiques de la ville.

Sabrina Agresti-Roubache, secrétaire d'Etat chargée de la Ville

France 3 Occitanie

Depuis la création des CSI en 2021, de nombreuses villes françaises ont signé ce partenariat avec l'Etat. Et, selon la secrétaire d'Etat chargée de la Ville, "beaucoup de demandes" commencent à arriver. "On voit bien que quand on pose sur le papier des engagements bilatéraux, ça fonctionne mieux, on voit les chiffres de la délinquance baisser, affirme Sabrina Agresti-Roubache. On voit les élus locaux beaucoup plus impliqués, et un Etat plus serein."

À Nîmes, la signature de ce CSI était attendue de longue date par le maire, Jean-Paul Fournier. "Il y a eu des moments difficiles, beaucoup d'allers-retours. Des fois, nous étions en désaccord sur certains articles, il a fallu qu’on insiste sur certains domaines", développe l'édile. "Aujourd'hui, on parle d'équilibre", renchérit Sabrina Agresti-Roubache.

Finalement, dans ce CSI, il y a tout ce qu’on peut imaginer. Je pense qu’il sera très constructif.

Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes

France 3 Occitanie

Un CSI aussi salué par le préfet du Gard, la procureure de la République de Nîmes et la rectrice de l'académie de Montpellier, présents lors de la signature. Pour Sophie Béjean, également rectrice de la région académique Occitanie, cette signature est une "très bonne nouvelle pour l'Education nationale".

"La violence touche aussi l'école", a-t-elle rappelé, faisant notamment référence à l'école Bruguier, située près d'un point de deal au Chemin-Bas-d'Avignon et plusieurs fois concernée par des échanges de tirs. "Nous avons vu les enseignants, ils sont engagés, et aussi heureux que nous soyons à leurs côtés, rassurés de nous voir main dans la main."

Des contrats de sécurité intégrée qui rassurent, et qui devraient tendre à se généraliser. Sans dévoiler sa prochaine destination, Sabrina Agresti-Roubache a réitéré sa détermination quant à la sécurité et aux CSI : "Je veux en signer le maximum, partout où on me le demande".

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité