Sénatoriales 2020 : une union inédite gauche-écologistes dans le Gard avec une reprise en main du PS

Dans le Gard, 3 sièges de sénateur sont à pourvoir aux élections du 27 septembre, pour un mandat de 9 ans. Les candidats peuvent déposer leur liste jusqu'à vendredi, elle doit compter 5 personnes, 3 candidats titulaires et 2 suppléants, en respectant la parité. 1.911 grands électeurs voteront.
Denis Bouad est à la tête du département du Gard depuis 2015.
Denis Bouad est à la tête du département du Gard depuis 2015. © MaxPPP - Francois RICHARD
Dans le Gard, les instances nationales du parti socialiste viennent de rendre public le nom de leur tête de liste aux Sénatoriales. L'investiture officielle revient à Denis Bouad. Un pavé dans la mare politique. Le président du conseil départemental du Gard a finalement été préféré à son vice-président Alexandre Pissas, pourtant investi en juillet par les militants du PS du Gard.

Pour le PS, il s'agit de ne pas perdre le siège de Simon Sutour, élu sénateur depuis 22 ans mais qui part en retraite. Mieux, avec une union à gauche et le ralliement des écologistes, le PS espère même rafler 2 sièges sur 3. L'accord politique inclut une union également aux prochaines Départementales.

Un jeu politique à gauche

Le parti communiste a annoncé soutenir Denis Bouad, avant même que le PS ne lui accorde la tête de liste. Il n'y aura donc pas de liste PCF ou FG dans le Gard.
Même calcul pour les écologistes, ils soutiennent Denis Bouad aux Sénatoriales en échange de plus d'élus au département avec des accords sur certains cantons.
En contrepartie, PS, PCF, EELV et Verts partiront unis aux Départementales de mars 2021. Un plus, quand il s'agira d'élire un nouveau président du Département... après les élections. Et pourquoi pas un certain Denis Bouad, qui quitterait alors le Sénat pour retrouver pour 6 ans son ex-fauteuil de président du Conseil départemental du Gard. Une façon de courir 2 lièvres à la fois, par sécurité. A moins que l'exécutif du PS gardois et/ou les instances nationales ne révisent les règles et alliances, et que ce bel accord tombe à l'eau. Mais Denis Bouad serait alors toujours sénateur. 

Gard : 3 sièges très convoités

Simon Sutour, sénateur sortant PS, quitte le palais du Luxembourg. Il était parlementaire depuis 1998.
 
Stéphane Cardenes sénateur centriste sortant, est tout nouveau dans la fonction. Il a pris la suite fin juin de Pascale Bories, devenue maire de Villeneuve-lès-Avignon. Elu sous l’étiquette LR, il souhaite conduire une liste centriste.
 
Vivette Lopez, sénatrice sortante LR, est à nouveau candidate.

Une liste PS, PC, EELV et Verts

Denis Bouad est donc tête de liste, Carole Bergeri est seconde, le communiste, Patrick Malavieille est 3e.

Une liste RN

Le Rassemblement national a été le premier parti à déposer sa liste en préfecture du Gard. Le RN n'a aucun élu sortant. Mais fort de ces maires et député, le parti d'extrême droite espère un bon score à la proportionnelle.
La tête de liste est le maire de Beaucaire, Julien Sanchez. On trouve ensuite, Laurence Gardet, élue municipale de Nîmes, puis Jean-Louis Meizonnet de Vauvert,  Corinne Martin de Bagnols-sur-Cèze et Francis Bassier d'Alès.

Une liste LR-UDI- mouvement radical

Les Républicains comptent 2 sortants, Vivette Lopez élue depuis 2014 et Stéphane Cardenes, centriste mais élu en remplacement de la sénatrice LR Pascale Bories, seulement depuis juin 2020. L'homme se considérait jusque là comme membre de la majorité sénatoriale. Mais il a décidé de présenter une liste indépendante.
Tête de liste Vivette Lopez, Laurent Burgoa, Marie-Michelle Alvaro, Frédéric Gras et Pascale Bories, ex-sénatrice.

Une liste "indépendante"

Stéphane Cardenes, centriste mais élu en remplacement de la sénatrice LR Pascale Bories est également sénateur sortant. Il a déposé une liste.
Stéphane Cardenes est donc tête de liste, viennent ensuite, Pilar Chaleyssin, Christian Petit, Muriel Roy-Cros et Henri Francès.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections sénatoriales politique élections les républicains la république en marche parti socialiste europe écologie les verts parti communiste