VIDÉO. "Les lésions de cette maladie peuvent devenir cancéreuses" : des collégiens du Gard vaccinés contre le papillomavirus

durée de la vidéo : 00h01mn15s
80 % de la population sera sujette au papillomavirus dans sa vie, d'où l'intérêt de vacciner dès le plus jeune âge. ©FTV

Le gouvernement espère vacciner 30 % des collégiens contre le papillomavirus. L'Agence régionale de santé était dans un collège d'Uzès (Gard), lundi 13 novembre, pour vacciner des élèves de 5e.

L'Agence régionale de santé (ARS) a débuté en septembre dernier une tournée des collèges du Gard, avec l'objectif de vacciner un maximum d'élèves contre l'infection sexuellement transmissible la plus courante dans la population. Une opération menée également dans les autres départements de la région.

"80 % de la population sera confrontée un jour ou un autre à cette maladie, qui peut engendrer des lésions cancéreuses, d'où l'intérêt de vacciner le plus tôt possible en deux doses", explique Claude Rols, directeur départemental de l'ARS.

80 % de la population sera confrontée un jour ou un autre à cette maladie

Claude Rols, directeur départemental de l'ARS

54 collèges du Gard seront visités par l'ARS d'ici début décembre dans le cadre de la campagne. L'enfant, ainsi que les deux parents doivent donner l'accord pour que le vaccin soit administré. Les deux doses sont espacées de six mois.

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité