• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Vuelta : Samuel Sanchez positif à l'hormone de croissance ne sera pas au départ à Nîmes

Samuel Sanchez, coureur cycliste - archives / © afp
Samuel Sanchez, coureur cycliste - archives / © afp

L'Espagnol Samuel Sanchez, qui devait démarrer la Vuelta samedi à Nîmes, sous les couleurs de BMC Racing, a été contrôlé positif à l'hormone de croissance et suspendu provisoirement, a annoncé l'Union cycliste internationale, dans un communiqué, ce jeudi.

Par FD avec afp

Le champion olympique sur route 2008, 2e du Tour de France 2010, a été contrôlé positif à l'entraînement le 9 août dernier, par la Fondation antidopage du cyclisme (CADF), entité indépendante mandatée par l'UCI.
Co-leader de BMC Racing avec Tejay van Garderen et Nicolas Roche, tous les trois jouant le classement général, Sanchez a été remplacé par le Belge Loïc Vliegen au sein de l'équipe pour la Vuelta qui doit s'élancer samedi de Nîmes.

Dans un communiqué, la formation suisse s'est dite "extrêmement déçue de partager cette nouvelle à l'orée du Tour d'Espagne" et a réaffirmé sa "tolérance zéro" envers le dopage.

En vertu des règlements de l'UCI, Sanchez, 39 ans, a été provisoirement suspendu.


Le coureur a la possibilité de demander l'analyse de l'échantillon B


L'échantillon urinaire A de Sanchez, spécialiste de la montagne qui remporta également le maillot à pois sur le Tour de France 2011, laisse apparaitre des traces d'hormones de croissance.
Ce produit, difficilement décelable en raison de sa fenêtre de détection très courte mais largement utilisé selon les experts, n'a à ce jour été incriminé que dans une vingtaine de cas dans le monde depuis le premier contrôle positif, sur un joueur de rugby à XIII, en 2010.

A lire aussi

Sur le même sujet

Lozère : 600 pilotes pour le Trèfle lozérien entre Causses, Gorges du Tarn et Aubrac

Les + Lus