Course-poursuite mortelle à Pavie : l'autopsie écarte la mort d'un passager par un tir policier

L'accident s'est produit vendredi après-midi, après un refus d'obtempérer à un contrôle de police. / © Emmanuel Fillon / FTV
L'accident s'est produit vendredi après-midi, après un refus d'obtempérer à un contrôle de police. / © Emmanuel Fillon / FTV

L'adolescent décédé vendredi après-midi à l'issue d'une course-poursuite avec la police dans le Gers n'a pas été touché par un tir policier mais a été tué dans l'accident du véhicule, selon le "compte-rendu verbal" de l'autopsie, a indiqué lundi le parquet.

 

Par LB avec AFP

Trois jours après la course-poursuite qui a coûté la vie à un jeune homme de 17 ans entre Auch et Pavie, dans le Gers, l'autopsie a révélé ce lundi que ce dernier était mort dans l'accident et pas à cause d'un tir policier. 

"Selon le compte-rendu verbal qui m'a été fait de l'autopsie, il n'y a pas de lésion balistique et le décès est consécutif à un traumatisme cervical", a précisé la procureure d'Auch, Charlotte Beluet.
           

L’IGPN saisie

Le parquet d'Auch avait indiqué dimanche avoir saisi l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) pour enquêter sur l'usage d'une arme à feu par un policier lors de cette course-poursuite engagée par la police après que le conducteur du véhicule, une Peugeot signalée comme volée, a refusé d'obtempérer à un contrôle.
           

Le conducteur présenté à un juge d’instruction

Le conducteur, connu des services de police et âgé de 20 ans, a été présenté lundi après-midi au parquet d'Agen, pour les chefs de "tentative d'homicide sur personne dépositaire de l'ordre public, recel de vol et homicide involontaire par conducteur" indique encore Charlotte Beluet.

Se retrouvant face au véhicule qui lui fonçait dessus, un des trois policiers de la patrouille avait "sorti son arme et effectué les sommations réglementaires, sans effet", avant de "tirer en situation de déséquilibre en se jetant en même temps sur le bas-côté de la route pour ne pas être percuté", selon le récit fait par la procureure.

La Peugeot avait ensuite poursuivi sa route sur environ 800 mètres, croisant une patrouille de gendarmerie, avant d'effectuer une sortie de route et de finir dans un champ, d'après le parquet.
 

Violences dans le quartier du Garros à Auch

La mort du jeune homme, âgé de 17 ans et d'origine tchétchène, a provoqué une flambée de violences dans les nuits de vendredi à samedi et de samedi à dimanche, dans la quartier prioritaire du Grand Garros à Auch qui abrite une importante communauté géorgienne et tchétchène. Des voitures et des containers à ordures ont été brûlés et du mobilier urbain dégradé.

Le conducteur du véhicule a été placé en détention provisoire pour 6 mois renouvelables ce mardi. L'un de ses avocats, Me Roujou de Boubée, nous a fait savoir que son client "a cherché à éviter la police, mais pas du tout à renverser un policier". 

Il estime qu'il n'y a pas eu tentative d'homicide et compte s'attacher à faire requalifier les faits en délit et non en crime. Le troisième occupant de la voiture accidentée, blessé dans l’accident est sorti de l’hôpital. Il a été libéré à l’issue de sa garde à vue.

 

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus