• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Mosquée d'Auch : les précédents actes islamophobes dans la région

La mosquée d'Auch / © AFP
La mosquée d'Auch / © AFP

Le procureur de la République d'Auch a confirmé que l'incendie qui a pratiquement détruit la mosquée était un acte criminel. Dans notre région, plusieurs actes ont été commis contre des salles de prières ou des mosquées. 

Par Fabrice Valery

L'incendie criminel de la mosquée d'Auch (Gers), qui a détruit à 75 % ce bâtiment, n'est pas le premier acte islamophobe dans la région Midi-Pyrénées, mais il est l'un des plus graves recensés ces dernières années. A chaque fois, des plaintes sont déposées. Mais les auteurs sont rarement identifiés et traduits en justice. Cette liste n'est pas exhaustive mais regroupe les principaux actes dans la région depuis moins d'une dizaine d'années. 

19 avril 2008 : incendie de la mosquée de Colomiers (Haute-Garonne)

Les auteurs de cet incendie volontaires ont été retrouvés et jugés fin 2008. Il s'agissait d'un groupe néonazi, composé notamment de miliraires du 3ème RPIMA de Carcassonne. Les deux leaders ont écopé de 3 ans de prison dont 18 mois avec sursis. Ils avait voulu fêter l'anniversaire d'Adolf Hitler !
Après l'incendie de la mosquée de Colomiers en 2008 / © MaxPPP
Après l'incendie de la mosquée de Colomiers en 2008 / © MaxPPP

15 octobre 2009 : tags racistes à Tarbes (Hautes-Pyrénées)

"Les ratons dehors" ou autres inscriptions sont retrouvées sur la façade de la mosquée de Tarbes le 15 octobre 2012. 

12 décembre 2009 : tags racistes et croix gammées à Castres (Tarn)

Quelques semaines plus tard, c'est la mosquée de Castres qui est visée par des tags racistes, des inscriptions nazies et des morceaux de porcs.
La mosquée de Castres profanée en 2009 / © MaxPPP
La mosquée de Castres profanée en 2009 / © MaxPPP

21 mai 2012 : une croix gammée à Tarascon-sur-Ariège

Le 21 mai 2012, les membres de la communauté musulmane de Tarascon (Ariège) découvre avec effroi une croix gammée ainsi que le sigle SS sur la porte et la boîte aux lettres de la salle de prière. 

1er août 2012 : des têtes de cochon​s à Montauban (Tarn-et-Garonne)

Ce jour-là, du sang et deux têtes de cochons sont déposées devant la mosquée de Montauban. Une profanation qui a lieu en plein ramadan.
Profanation de la mosquée de Montauban en août 2012 / © MaxPPP
Profanation de la mosquée de Montauban en août 2012 / © MaxPPP

29 avril 2013 : des tags sur la mosquée de Graulhet (Tarn)

Le 29 avril 2013, les fidèles découvrent des tags injurieux sur les murs de la mosquée de Graulhet dans le Tarn, où vit une importante communauté musulmane. L'une des inscriptions représente une tête de porc. "Les arabes dehors" a aussi été inscrit.

8 janvier 2015 : des tirs contre la salle de prière de Saint-Juéry (Tarn)

Dans la nuit du 8 au 9 janvier 2015, quelques heures après l'attentat de Charlie Hebdo, des tirs avaient visés la salle de prière musulmane de Sant-Juéry, près d'Albi dans le Tarn. Dans le contexte des attentats de Paris, cet acte faisait partie d'une série d'actes visant des lieux musulmans. Il avait été fermement condamné par le gouvernement et les autorités du Tarn. Le ou les tireurs n'ont pas été retrouvés. 
Cette salle de prières a été la cible de tirs dans la nuit de jeudi à vendredi. / © France 3 Midi-Pyrénées
Cette salle de prières a été la cible de tirs dans la nuit de jeudi à vendredi. / © France 3 Midi-Pyrénées


15 janvier 2015 : un jet de lardons à Auch

Quelques jours plus tard, le 15 janvier 2015, c'est déjà la mosquée d'Auch, dans le quartier du Garros, qui est la cible de "jets de lardons". Une petite quantité, une "offense" cependant pour les autorités religieuses. Pour le procureur d'Auch, Pierre Aurignac, "un acte de potache" en comparaison avec la gravité de l'incendie volontaire.

22 août 2015 : l'incendie de la mosquée d'Auch

Un "acte volontaire réfléchi" selon le procureur, un acte criminel : le ou les auteurs ont fracturé le portail d'une maison voisine, puis sectionné le grillage de clôture pour accéder à la mosquée et profiter d'un chantier pour mettre le feu à la toiture. Il n'y a pas de victimes mais le bâtiment est détruit à 75 %. 

Sur le même sujet

Un rassemblement à Perpignan pour demander

Les + Lus