REPLAY « Ô la belle vie » : dans le Gers, Rémi nous livre les secrets de fabrication de l’Armagnac

Sophie Jovillard rencontre Rémi, propriétaire avec sa famille, du domaine de Lassalle-Baqué. Un terroir au cœur de la Gascogne, sur les coteaux de Ténarèze dans le Gers. Un lieu où l’on cultive un savoir-faire ancestral : celui de la fabrication de l’Armagnac.

Rémi Brocardo, bouilleur de cru et distillateur, dans son chai au domaine de Lassalle-Baqué
Rémi Brocardo, bouilleur de cru et distillateur, dans son chai au domaine de Lassalle-Baqué © Franck Flies / Sophie Jovillard

Revoir l'émission

"Ô la belle vie" : la Ténarèze, terre d'Armagnac

Le château de Lassalle-Baqué en Ténarèze : l’Armagnac du Gers

A Montréal du Gers, à l'ouest du département, la famille de Josette Brocardo, tient les rênes du château de Lassalle-Baqué, depuis 1884. Une ferme du XIVème siècle, où de père en fils, l’Armagnac et son vignoble, sont au centre de toutes les préoccupations. Travail de la vigne et récolte du raisin, jusqu’à la transformation du vin en précieux nectar, à l'aide de l’alambic. Un outil et une alchimie, dont Rémi, le fils de la famille Brocardo, connaît tous les secrets.

Extrait

Extrait de l'émission "Ô la belle vie" en Ténarèze, terre d'Armagnac

Au domaine, raconte Rémi à Sophie, « tout l’encépagement est exclusivement destiné à l’Armagnac. Nous cultivons majoritairement L’Ugni-blanc et le Colombard. Deux cépages qui font partie du cahier des charges du célèbre vignoble et qui sont plus aromatiques à la distillation, donc de qualité supérieure ».

L'Armagnac représente 15 000 hectares de vignes répartis sur trois départements : les Landes, le Gers et le Lot-et-Garonne. Trois sous-appellations le caractérise : le Haut-Armagnac, le Bas-Armagnac et la Ténarèze, un terroir gersois, où les sols, à dominante argilo-calcaire, favorisent la culture de la vigne et donnent au précieux liquide, une saveur un peu plus corsée qu’ailleurs.

Sophie Jovillard et Rémi Brocardo devant le fameux alambic, une machine ancestrale, dont les bouilleurs de cru et distillateurs se servent pour transformer le vin en eau-de-vie.
Sophie Jovillard et Rémi Brocardo devant le fameux alambic, une machine ancestrale, dont les bouilleurs de cru et distillateurs se servent pour transformer le vin en eau-de-vie. © Franck Flies

Des vendanges à la distillation : un savoir-faire ancestral

Un raisin vendangé en octobre, puis pressé et vinifié. Un vin ensuite distillé en eau-de-vie par les bouilleurs de cru, seuls habilités à produire le spiritueux. Les distillateurs font la même chose, mais travaillent généralement pour les autres.

Rémi a repris l’exploitation familiale et s’est spécialisé dans la distillation. Devenu bouilleur de cru, puis, distillateur, il sillonne les routes avec son alambic ambulant. De la mi-octobre à fin janvier, il passe de propriété en propriété, distiller pour des viticulteurs armagnacais. Un métier et un savoir-faire qui se transmet, mais pas seulement. « Il faut avoir la passion » comme Rémi l’explique à Sophie. Il y a les longues veillées où il faut surveiller la chauffe de l’alambic. Il faut aussi savoir sentir, écouter, faire ses réglages, ni trop, ni pas assez et goûter au doigt pour retrouver les arômes et les sensations. Tout un art !

Il y a peu de jeunes dans le métier. Rémi, la trentaine, fait la fierté des plus anciens comme Philippe Gironi, distillateur lui aussi. C’est lui qui a appris le métier à Rémi : « un jeune qui a mordu à l’hameçon. Il a cette fibre de distillateur. Un élève qui a dépassé le maître ».

Le chai : des couleurs et des arômes

Rémi accompagne Sophie dans son chai de vieillissement, où sont entreposées les barriques d’Armagnac. Ici rien n’est laissé au hasard. Humidité, ensoleillement, tout est précieusement étudié pour réunir les conditions optimales à cette ultime étape de fabrication. Des armagnacs aux couleurs dorés ou cuivrés, selon l’âge. Des arômes épicés, floraux, fruités ou même torréfiés selon le degré de maturité. Compte aussi le choix de la barrique, dont le bois de chêne, savamment conditionné, apporte son lot de parfums et de saveurs.

Bouteilles contenant de l'Armagnac, comptant parmi les spiritueux français les plus prestigieux. Selon l'âge e maturation, les couleurs varient, passant de l'incolore, au plus cuivré.
Bouteilles contenant de l'Armagnac, comptant parmi les spiritueux français les plus prestigieux. Selon l'âge e maturation, les couleurs varient, passant de l'incolore, au plus cuivré. © Franck Flies / Sophie Jovillard

"Ô la belle vie": La Ténarèze, terre d'Armagnac
Emission présentée par Sophie Jovillard. Réalisé par Laurent Desvaux. Une coproduction France 3 Occitanie/Grand Angle Productions.

Diffusion le dimanche 4 avril  2021, à 12h55

Recevoir France 3 Occitanie

Votre installation vous permet de recevoir les 24 antennes régionales de France 3, en simultané, au choix selon vos envies.

Voici les canaux, qui différent en fonction de votre opérateur :

Orange SD : 317 et 314
SFR HD : 444 et 447
Free HD : 315 et 318
Bouygues Télécom Bbox : 483 et 486
Numéricable LaBox : 444 et 447
Darty Box : 305 et 310

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie télévision médias famille société