Cet article date de plus de 6 ans

Georges Méric veut racheter les parts que l'Etat possède encore

"L'aéroport doit rester à majorité publique". Le président du Conseil départemental de Haute-Garonne Georges Méric, fortement opposé à la privatisation de l'aéroport de Toulouse-Blagnac, invite les élus à réfléchir à un rachat, à l'Etat, des parts qu'il possède encore dans l'aéroport. 
Georges Méric milite pour le maintien d'une majorité publique pour l'aéroport de Toulouse-Blagnac. 
Lors de sa première séance plénière, le conseil départemental de Haute-Garonne, sur proposition du groupe majoritaire, a rappelé son opposition à la privatisation de l'aéroport de Toulouse-Blagnac.
Le président a saisi ses homologues de la Région, de la Chambre de commerce et d'industrie de Toulouse et de Toulouse Métropole. Il souhaite les réunir autour d'une table ronde afin de discuter des moyens de racheter à l'Etat les 10,01 % de parts que celui-ci possède encore dans l'aéroport de Toulouse-Blagnac
"L'objectif est clair", a notamment déclaré Georges Méric. "L'aéroport doit rester à majorité publique".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vente de l'aéroport toulouse-blagnac transports aériens archives