• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Airbus : Tom Enders devrait toucher 36,8 millions d'euros pour son départ

Tom Enders célèbre la livraison d’un premier A380 à la compagnie japonaise ANA, à Colomiers (Haute-Garonne), le 20 mars. / © PASCAL PAVANI / AFP
Tom Enders célèbre la livraison d’un premier A380 à la compagnie japonaise ANA, à Colomiers (Haute-Garonne), le 20 mars. / © PASCAL PAVANI / AFP

Le patron allemand d'Airbus, Tom Enders, quittera son poste le 10 avril. Il devrait percevoir une enveloppe de 36,8 millions d'euros à l'issue de son départ, selon les calculs de l'agence d'analyse de gouvernance Proxinvest, repris ce mardi par Le Monde. 

Par Emma Derome

C'est ce que l'on appelle un "parachute doré". Une enveloppe de 36,8 millions d'euros attend le patron exécutif de l'avionneur Airbus lorsqu'il quittera son poste, le 10 avril, lors de sa dernière assemblée générale à Amsterdam. Ce calcul a été réalisé par l'agence d'analyse de gouvernance Proxinvest, et repris par Le Monde ce mardi. 

Pour parvenir à cette somme, l'agence s'appuie sur le document qui détaille sa rémunération, validé par le conseil d’administration d’Airbus, qui s’est réuni en février. 

D’après Proxinvest, Tom Enders, 60 ans, devrait toucher 7,3 millions d'euros de la vente de ses actions, dont le paiement sera échelonné entre 2019 et 2022. 3,2 millions d’euros devraient également lui être versé au titre de sa clause de non-concurrence, le patron d'Airbus ayant siégé aux comités exécutifs du groupe depuis 2000. Sa retraite devrait lui apporter le plus gros de la somme ; 26,3 millions d’euros

En tout, plus de 2000 années de SMIC brut sera versé au patron allemand. D'autant que ce package ne sera pas soumis au vote des actionnaires lors de l’AG du 10 avril, car l’entreprise est de droit néerlandais. Airbus n'a donc pas à suivre les règles du jeu établies par le « Code de gouvernement d’entreprise des sociétés cotées », élaboré pour les sociétés du CAC40 par l’Association française des entreprises privées (AFEP) et le Medef, qui prévoit un vote consultatif en AG.

Blason pas tout à fait redoré

Le groupe aéronautique a réalisé, en 2018, un bénéfice net de 3 milliards d’euros, pour un chiffre d’affaires de 63,7 milliards. Mais la gigantesque commande de 300 avions promise par la Chine, évaluée à 30 milliards d'euros, n'a redoré qu'en partie le blason d'Airbus, écrit Le Monde.

L'avionneur a en effet été contraint d'annoncer, cinq semaines avant la fin du programme, l'arrêt de l'A380 en 2021. Entre 3000 et 3500 postes pourraient être touchés par cette décision, soit 3% environ de l'ensemble des effectifs.
 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Aude : l'ancienne boulangerie de Salles-d'Aude est devenue un repère à rats

Les + Lus