Après Paris et Bordeaux, le ballet du Capitole de Toulouse s’apprête à sacrer quatre danseurs étoiles

La Bête et la Belle au théâtre du Capitole - Natalia de Froberville (La Belle) et Davit Galstyan (La Bête). / © Crédit photo : David Herrero
La Bête et la Belle au théâtre du Capitole - Natalia de Froberville (La Belle) et Davit Galstyan (La Bête). / © Crédit photo : David Herrero

Le ballet du Capitole s’apprête à vivre une petite révolution. Dans ses rangs, quatre danseurs vont être sacrés étoiles, après la première représentation de la Bête et la Belle prévue ce jeudi 25 avril. Seuls les Opéras de Paris et Bordeaux comptaient dans leurs rangs des danseurs étoiles.

Par Martin Vanlaton

La soirée devrait s'annoncer dès à présent historique. Au terme d’une première représentation de la Bête et la Belle prévue ce jeudi 25 avril au théâtre du Capitole, quatre danseurs vont obtenir la plus haute distinction : devenir danseurs étoiles. Cette proposition émane de Kader Belarbi, directeur de la danse du ballet du Capitole. 

La soirée s’annonce mémorable pour Julie Charlet, Natalia de Froberville, David Galstyan et Ramoro Gomez Samon, les quatre solistes actuels qui s’apprêtent à devenir officiellement les étoiles du ballet du Capitole. Ce quatuor est représentatif de la troupe cosmopolite du ballet toulousain, l'une étant française, l'autre russe. Les deux solistes sont respectivement franco-arménien et cubain.
 

"Ce titre les oblige"


"C’est un retour du titre qui a existé ici au théâtre du Capitole il y a bien longtemps" raconte Kader Belarbi. "Quand je suis arrivé, je me souviens m'être dit que ça serait peut être bien de le faire réapparaitre." Depuis août 2012, il est à la tête du ballet du capitole de Toulouse. Mais alors, pourquoi avoir attendu sept années avant de nommer des danseurs étoiles ? "Ce titre oblige une valeur spécifique. Il y a en présence quatre danseurs qui ont cette hauteur, cette excellence, cette rigueur. Il fallait simplement accompagner les danseurs pour qu’ils puissent s’épanouir. Ce titre les oblige aujourd'hui.
 
Don Quichotte au théâtre du Capitole - Julie Charlet (Kitri) et Ramiro Gomez Samon (Basilio) / © Crédit photo : David Herrero
Don Quichotte au théâtre du Capitole - Julie Charlet (Kitri) et Ramiro Gomez Samon (Basilio) / © Crédit photo : David Herrero

Le directeur de la danse énumère trois qualités indispensables pour arriver à décrocher cette distinction : la technique, le style et l’esthétique. Vient ensuite l’émotion du danseur qui sublime le travail titanesque des danseurs.
 

"Danseur étoile, une reconnaissance immédiate"


Compter des danseurs étoiles dans ses rangs permet de briller bien au-delà des frontières française. "C’est un titre qui vient du patrimoine français. Dans le monde, on dit "Principal Dancer", ça reste très évasif. Danseur étoile, c’est une reconnaissance immédiate, une consécration, c’est le titre des plus hauts représentants de la danse française" résume Kader Belarbi. Une manière de faire connaître au monde entier le travail du ballet du Capitole, qui s’apprête à entamer une tournée d’une trentaine de spectacles partout dans le monde dès la rentrée prochaine. 
 

Kader Belarbi, danseur étoile depuis 1989


Kader Belarbi a lui aussi été nommé danseur étoile. C’était en 1989, à l’issue d’une représentation de La Belle au Bois Dormant à l’Opéra Garnier, à Paris. "J’en garde un souvenir très ému. D’abord, je ne m’y attendais pas. Le ciel vous tombe sur la tête. Imaginez, quinze minutes de standing ovation à l’Opéra Garnier" se remémore le danseur. "J’aurais le coeur chaud de savoir que ces quatre solistes vont avoir ce titre. C’est tout un symbole."
 

La cérémonie, prévue à la fin de la première représentation de la Bête et la Belle, sera sobre nous assure le directeur de la danse. "Même si ça fait rêver un certain nombre de personnes, en interne mais aussi à l’extérieur, l’idée est de partager ce moment avec tout l’ensemble du théâtre et tout le public." 

Le mot de la fin revient au principal intéressé. Des mots qu'il a prononcé en 1990, quelques mois après avoir été sacré danseur étoile : "l’étoile, c’est comme une sorte de diamant qu’on essaie de polir tous les jours". Un conseil qu’il devrait très probablement transmettre aux quatre danseurs du Capitole qui s’apprêtent à entrer dans l’histoire de la danse. 
 

Comment devient-on danseur étoile ? 

Pour devenir étoile, les danseurs gravissent plusieurs échelons en passant des concours : d’abord danseur dans le corps des quadrilles, il devient ensuite coryphée, sujet, puis premier danseur. L’ultime étape, c’est l’étoile. Mais pour l’atteindre, pas de concours.

Les danseurs étoiles sont officiellement nommés par le directeur artistique du ballet, sur proposition du directeur de la danse. À Toulouse, Christophe Ghristi, directeur artistique du ballet du Capitole, va nommer les quatre danseurs étoiles sur proposition de Kader Belarbi, directeur de la danse. 

Le ballet du Capitole est la 2ème formation de France, après l’Opéra de Paris. Jusqu’à présent, seuls les Opéras de Bordeaux et de Paris consacraient les meilleurs danseurs de leurs balais en leur décernant le titre de danseur étoile.
On compte actuellement 16 étoiles à l’opéra de Paris. 3 étoiles à Bordeaux

Sur le même sujet

toute l'actu Danse

Les + Lus