Bleu bleu, le bar clandestin de Toulouse démoli sous le regard impuissant de quelques fidèles

Un bar caché en bord de Garonne à Toulouse depuis plusieurs années vient d’être détruit à la demande de la mairie et de la préfecture. Le "propriétaire des lieux" venait de décéder. Quelques fidèles ont tenté en vain d’empêcher la destruction de cette guinguette.
A Toulouse, c’était un lieu insolite, un bar "clandestin" fait de bric et de broc, en pleine nature en bord de Garonne. Celui qui s’occupait du lieu, Gilbert Vivien, est décédé le 23 novembre dernier.
Très rapidement, la mairie et la préfecture ont fait procéder à la démolition du bar, sous le regard impuissant de quelques fidèles.

L'esprit Bleu Bleu

"J’ai envie de pleurer, dit Sophie, moi j’ai appris à faire du vélo sur ce chemin. Je connais Bleu Bleu depuis que j’ai 3 ans et demi. J’ai 25 ans de souvenirs ici. Ca me rend malheureuse et c’est surtout un manque de respect pour le monsieur qui n’est même pas encore enterré. On n'a pas pu récupérer de souvenirs pour sa famille. Il s’appelait Gilbert Vivien, il avait fait un bar où l’on pouvait venir gratuitement".
 

On pouvait apporter nos boissons et se poser, et ça il n’y a plus beaucoup de lieux comme ça.

Sophie, habituée du Bleu Bleu



Bettina est membre d’un collectif qui venait de se créer pour tenter de sauver le lieu. Elle se sent triste et en colère après cette démolition "violente avec intervention policière".
"La personne qui faisait vivre ce lieu depuis 40 ans n’est pas encore enterrée" dit-elle, elle aussi. "On avait monté un collectif pour réfléchir à la suite avec des projets culturels et artistiques ; on avait fait des courriers à la préfecture et à la mairie pour leur demander d’attendre avant de détruire. Et ils ont détruit très vite," dit-elle dépitée. 

Un lieu devenu dangereux selon une expertise demandée par la mairie de Toulouse

Dans un communiqué, la mairie de Toulouse indique avoir "procédé en concertation avec la Préfecture, à la démolition d'une construction illégale, située en bord de Garonne, qui abritait précédemment la guinguette "sauvage" le Bleu-Bleu."

La municipalité rappelle que cet établissement "outre sa situation sur un terrain public (propriété de la mairie) et en zone inondable était bâti sans permis de construire." Elle précise également qu'il présente, "d'après les conclusions rendues le 3 décembre par un expert mandaté par la mairie de Toulouse, une grande dangerosité structurelle."
 

Malgré la sécurisation par la présence de vigiles, les dégradations et intrusions multiples subies dernièrement imposent en urgence la mise en sécurité et le nettoyage du site.

communiqué de la mairie de Toulouse


La mairie de Toulouse dit cependant souhaiter voir perdurer "l'esprit de convivialité du lieu, mais dans un cadre légal, sécurisé et respectueux de l'environnement immédiat et fragile du site."
 
Elle va lancer un appel à projets en concertation avec le comité de quartier pour créer "une guinguette éphèmère, démontable qui pourrait prendre place et redonner vie à cet espace ouvert à tous."

Une guinguette dans un cadre légal et sécurisé, ce n'est pas tout à fait l'esprit du Bleu Bleu, les habitués risquent d'être déçus. 

Le Bleu Bleu était situé à Toulouse en bord de Garonne.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
polémique société