C'est depuis Toulouse que le site d'atterrisage de Rosetta a été choisi

Le robot Philaé alors qu'il était en phase d'essai en Allemagne / © MaxPPP
Le robot Philaé alors qu'il était en phase d'essai en Allemagne / © MaxPPP

Réunis ce week-end au CNES à Toulouse, 80 scientifiques du Landing Site Sélection Group ont choisi le site principal d'atterrissage du petit robot Philaé largué par la sonde Rosetta en orbite autour du noyau de la comète 67P Tchourioumov-Guérassimenko.

Par Michel Pech

Sur quelle région de la comète Tchourioumov-Guérassimenko, Philae, le robot laboratoire transporté par la sonde Rosetta, va-t-il tenter de se poser le 11 novembre prochain ? L'Agence spatiale européenne (ESA) annonce ce lundi le site d'atterrissage retenu par les scientifiques pour cette première spatiale très délicate.

Les principales étapes du projet Rosetta élaboré par l'ESA
  • La Mission ROSETTA Mission de l'Agence Spatiale Européenne (ESA) a pour objectif l'étude de la comète Churyumov Gerasimenko avec laquelle la sonde a rendez-vous en Août 2014.
  • Le lancement, qui a eu lieu le 2 Mars 2004 par un lanceur Ariane 5, a été parfait. Très peu de manœuvres d'orbite ont été nécessaires pour accomplir les 4 assistances gravitationnelles et les survols des astéroïdes Steins et Lutetia. Les manœuvres d'accélération réalisées en janvier et février 2011 amènent la sonde à une approche de la comète en Août 2014 pour une période d'observation de 18 mois.
  • Alors qu'elle est très proche de son orbite finale qui est celle de la comète C-G, mais au plus loin du soleil, la sonde est placée en hibernation le 8 juin 2011 pour économiser son énergie. Revenant vers le soleil, elle est réveillée le 20 janvier 2014.
  • Dès juillet 2014, le satellite principal (orbiteur) commence à observer le noyau et son environnement. Puis, suit une phase d'observation de plus en plus rapprochée pour déterminer le site d'atterrissage. En novembre 2014, le module Philae (atterrisseur) est envoyé à la surface de la comète.
  • Philae travaille à l'étude de la surface pendant quelques mois jusqu'à mourir d'insolation. L'orbiteur, lui, continue l'escorte du noyau jusqu'à l'épuisement de son carburant.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus