Coronavirus : La LDH de Toulouse s’insurge contre l’emprisonnement d’un homme qui n’a pas respecté le confinement

La ligue des Droits de l’Homme de Toulouse vent debout contre une décision de justice. Ce vendredi un jeune homme a été condamné à 1 mois de prison ferme après s’être fait contrôler 4 fois sans attestation de sortie. 
© MAXPPP/Jeremias Gonzales
Ce vendredi 03 avril un individu a été condamné à 1 mois de prison. Le jeune homme a été controlé à 4 reprises sans attestaion de sortie. Il a été incarcéré à la maison d’arrêt de Seysses (31) Cette condamnation a fait réagir la Ligue des Droits de L’Homme de Toulouse. Dans un communiqué elle estime que cette peine est absurde.
Nous avons joint Pascal Nakache Avocat à Toulouse et président honoraire de la Ligue des Droits de l'Homme de Toulouse

Avec la pandémie la situation dans les établissements pénitentiaires est préoccupante, surtout en ce moment, en raison de l’immense promiscuité qui règne dans les prisons. 
La période n’est absolument pas à l’incarcération sauf dans le cas d’absolue nécessité. Dans ces conditions, le fait d’envoyer à la maison d’arrêt de Seysses une personne pour non respect du confinement nous parait totalement contre productif, même extrêmement inquiétant

La ligue des droits de l'Homme appelle les magistrats à faire preuve de davantage de sagacité et à ne prononcer aucune peine d'emprisonnement qui ne soit strictement nécessaire. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société justice