Coronavirus : ouverture d'un lieu d'accueil d'urgence pour les enfants en difficulté près de Toulouse

En pleine crise sanitaire liée au Coronavirus, la situations des enfants alarme. Il y a ceux dont les parents sont hospitalisés, ceux qui sont maltraités ou encore ceux qui ne trouvent plus de famille d'accueil. Pour ces mineurs, le département Haute-Garonne met en place un accueil d'urgence.
Image d'illustration. Devant l'école Saint-Exupere dans le quartier Saint-Michel à Toulouse.
Image d'illustration. Devant l'école Saint-Exupere dans le quartier Saint-Michel à Toulouse. © Christine Ravier / FTV
La protection de l'enfance est gérée par les Départements. Celui de la Haute-Garonne a ouvert, lundi 30 mars, un centre d'accueil d'"urgence solidaire" dédié aux enfants en difficulté.
 
Ce dispositif temporaire permet l'accueil des mineurs âgés de 3 à 18 ans, dans l'une de ces situations liées à la crise sanitaire du Coronavirus : 
Tous ces jeunes seront accompagnés sur le site par un référent ASE ou par leur famille d'accueil, précise un communiqué de presse du département de la Haute-Garonne.


27 hectares et une dizaine de professionnels


Ce centre d'accueil d'urgence se trouve au domaine d'Ariane à Mondonville, près de Toulouse. Au total 200 places en internat sont mises à disposition sur 27 hectares. ll est prévu d'ouvrir 10 lits et "d'augmenter graduellement la capacité d'accueil", détaille le Département.
 
Répartis par tranches d'âges, les mineurs sont pris en charge par une équipe de sept professionnels volontaires spécialisés dans la protection de l'enfance : psychologues, infirmières puéricultrices, éducateurs de jeunes enfants, éducateurs spécialisés, moniteurs éducateurs etc. La santé des enfants est suivie par un médecin référent.
 
Les mineurs bénéficient du restaurant de la structure, d'espaces extérieurs, et des ordinateurs portables ont été demandés via le recensement national pour être mis à leur disposition. Un espace d'isolement et de confinement est aussi prévu.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société logement