Coronavirus : à Toulouse, depuis le début de la crise des entreprises font des dons à l'hôpital

Elles ont la chance d’être épargnées par la crise économique liée à l’épidémie de coronavirus. Des entreprises ont décidé de faire des dons aux hôpitaux. Pourquoi et comment va servir cet argent ?
 

Service réanimation de l'hôpital Purpan à Toulouse
Service réanimation de l'hôpital Purpan à Toulouse © J-P Duntze/FTV
"Nous sommes une entreprise spécialisée dans la rénovation de façades pour les maisons individuelles. Donc nous avons été épargnés". Kevin Badia le sait, il a eu de la chance. Ce chef d’entreprise toulousain fait partie de ceux qui n’ont pas souffert de la crise économique liée à l'épidémie de coronavirus. Alors il a décidé de donner aux hôpitaux de Toulouse. 7500 euros, cela paraît peu mais cela représente quand même 5 % de son chiffre d’affaires pendant 3 mois.
 

Je me suis dit que je pouvais aider comme je pouvais le corps médical en plus d’avoir applaudi tous les soirs à 20 h.

Kevin Badia, directeur de l'entreprise Espace façades

Etre solidaires

Avec le groupement d’entreprises Vertikal, Kevin Badia fait partie d’une association, "une façade sur la vie" qui finance chaque année des initiatives en faveur de l’amélioration des conditions de vie des seniors.
"On aide à financer certains projets. On a, par exemple, donné 1500 euros aux Petites sœurs des pauvres à Toulouse pour aider à finaliser un projet de jardin suspendu. C’est pour permettre aux gens en fauteuil ou âgés de ne pas se baisser pour faire du jardinage."
A la question de savoir si ce n’est pas un peu pour se faire de la publicité, Kevin Badia répond honnêtement : "à la base c’est de la générosité mais c’est vrai que si on parle de nous c’est bénéfique."
Les 7500 euros donnés aux hôpitaux de Toulouse ont transité par l’Institut Saint-Jacques, la fondation chargée de gérer les dons. La somme servira à aménager et rénover des salles pour les hospitaliers sur les sites de Purpan, Rangueil et Larrey.

Près de Toulouse, à Montrabé une entreprise vient de faire un don de 15 000 euros. Trois chèques de 5 000 euros qui iront au CHU de Toulouse à l'association Hôpital sourire et à l'association un maillot pour la vie. L'entreprise Mat'équip31 est spécialisée dans la location de matériel de chantier pour le BTP. Elle a dû fermer un mois au plus fort de l'épidémie de coronavirus mais grâce aux aides de l'Etat, la société s'en sort plutôt bien. "Il s'agit d'un élan de solidarité, il n'y aucun retour commercial à attendre", explique le directeur commercial. "C'est vraiment pour être solidaire et montrer qu'on est tous dans le même bâteau et si cela peut donner des idées à d'autres..."

Plus de 500 000 euros de dons depuis le début de la crise

A l'hôpital, Anne-Laure Navarre, directrice de l'institut Saint-Jacques confirme l'élan de solidarité qui a commencé dès le début de la crise du coronavirus. En quelques mois ce sont plus de 500 000 euros (507 897 euros précisément) qui ont été donnés au CHU. Des dons versés par des entreprises mais aussi par des associations et des particuliers. Certains donateurs avaient des demandes précises concernant l'utilisation de leur argent. Ainsi pour respecter leur volonté, l'hôpital a acheté 3 respirateurs, 3 défibrilateurs et des équipements de type pompes pousse-seringues.
"Pour les autres dons, on a monté un groupe de réflexion, explique Anne-Laure Navarre, avec un panel représentatif des personnels hospitaliers (infirmiers, aides soignants, médecins, cadres) et des représentants des usagers."
Des décisions ont été validées lors d'un conseil d'administration à la mi-juillet et une série de mesures sont en cours de mises en place comme le financement de salles de repos supplémentaires, la modernisation de salles de visio conférences, l'aménagement et la sécurisation de garages à vélo. Un appel à projets ouvert à l'ensemble du personnel va également être lancé.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société solidarité crise économique économie