Covid-19 : les amphis des universités de Toulouse ne pourront être remplis qu'à 50% de leur capacité au maximum

A compter du 6 octobre, les universités de Toulouse, placé en zone d'alerte renforcée pour l'épidémie de Covid-19, devront instaurer une jauge pour tous les espaces d'accueil à 50 % au plus de leur capacité nominale. La mesure doit permettre de limiter la progression du virus. 

© FTV
Alerté par la situation dans les universités où le nombre de cas positifs à la Covid-19 augmente de manière inquiétante, le gouvernement a décidé ce 5 octobre de restreindre les capacités d'accueil des établissements d'enseignement supérieur dans les zones d'alerte renforcée.

A Toulouse, les universités Paul Sabatier et Capitole (Jean Jaurès ne fera sa rentrée que le 19 octobre) devront, à partir du 6 octobre, instaurer une jauge pour tous les espaces d'accueil (espaces d'enseignement, espaces de restauration, bibliothèques universitaires) à 50 % au plus de leur capacité nominale.

Une mesure pour limiter la progression du virus

Depuis la rentrée de septembre, les cas positifs de Covid-19 se multiplient dans les universités. Face à ces clusters, la ministre de l'enseignement supérieur Frédérique Vidal en avait appelé à la responsabilité de chacun afin de limiter la propagation du virus. Mais les amphithéâtres ont continué à être bondés, suscitant de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. 

Face à cette situation et pour limiter au maximum les contaminations, l'Université Toulouse Capitole avait d'ailleurs décidé dès la mi-septembre, d'organiser tous ses cours à distance.

Point de situation quotidien entre le recteur et les chefs d'établissement

Dans son communiqué, la ministre de l'enseignement supérieur demande à ce que soit réalisé un point de situation quotidien entre les chefs d'établissements publics d'enseignement supérieur et le recteur de région académique afin de suivre au plus près l'évolution de la situation sanitaire.
La ministre souhaite également assurer les étudiants que les moyens techniques, humains et sanitaires mis en œuvre par l'ensemble des acteurs permettent de garantir la continuité pédagogique essentielle à la bonne réussite de leur formation.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société université éducation