Covid-19 : plusieurs centaines de places d'hébergement créées à Toulouse pour abriter les personnes précaires

Début novembre, le gouvernement a appelé les pouvoirs publics à mettre en place une série de mesures pour prendre en charge les populations précaires pendant cette deuxième vague de l'épidémie de Covid-19. En Haute-Garonne, la préfecture va créer plusieurs centaines de places d'hébergement. 

Les SDF livrés à eux-mêmes en plein confinement.
Les SDF livrés à eux-mêmes en plein confinement. © Juliette Meurin/FTV
Comme la première au printemps, la deuxième vague de l'épidémie de Covid-19 "touche particulièrement les personnes les plus précaires", selon le gouvernement. Une instruction interministérielle publiée le 3 novembre par le ministre de l'Intérieur, le ministre des solidarités et de la santé, la ministre du logement et la ministre de la citoyenneté liste les mesures attendues des pouvoirs publics pour "les protéger et de ne pas dégrader leurs conditions de vie". Hébergement, aide alimentaire, accès à la santé, aux douches ou encore aux masques sont autant d'actions évoquées dans cette directive. La préfecture de Haute-Garonne vient d'annoncer aux associations la création de plusieurs centaines de places d'hébergement à Toulouse, ce dont se réjouit le CEDIS, le collectif d'entraide et d'innovation sociale du département, associé à une réunion à ce sujet la semaine dernière.
 

Environ 350 places d'hébergement supplémentaires créées à Toulouse

Pour une fois, le CEDIS se réjouit d'une décision des pouvoirs publics. "350 places au minimum vont être ouvertes à Toulouse" explique Thomas Coudrette, membre du collectif. "C'est une collaboration intelligente entre l'Etat, les collectivités locales et les associations. C'est suffisamment rare pour qu'on le souligne."
Le collectif présente le détail de ces places sur son site internet :Et il incite les personnes concernées par un besoin d'hébergement à se faire connaître.  "Il est encore plus utile que d'habitude d'appeler le 115 pour faire connaître son besoin d'hébergement" insiste Thomas Coudrette.  

Un bémol cependant

Si le CEDIS se réjouit de ces créations de places, il regrette cependant qu'elles soient surtout destinées aux personnes à la rue et pas aussi à celles vivant en squats et en bidonvilles, beaucoup trop souvent sans accès à l'eau et à l'électricité.

Ces places annoncées, c'est à la fois beaucoup et c'est trop peu. Il est urgent aujourd'hui de parler du reste. La question aujourd'hui, c'est d'avoir aussi des places pour les gens qui vivent dans des squats ou des bidonvilles. C'est aussi l'aide alimentaire qui est un vrai enjeu et l'accès aux douches et aux laveries pour les personnes en grande précarité. 

Thomas Coudrette

Car si cet accès à l'hygiène et à l'aide alimentaire fait bien partie des priorités listées par le gouvernement dans son instruction aux préfets, la préfecture de Haute-Garonne l'a pour l'instant très peu évoqué, selon le collectif.

Il faut vraiment que cette crise sanitaire soit l'occasion de progresser sur les besoins fondamentaux des personnes. C'est l'occasion de reconnaître à ces gens qu'ils sont des humains. Il est urgent que l'ensemble des collectivités locales et tous les acteurs institutionnels se mobilisent avec les associations pour cela. 

Thomas Coudrette

A Toulouse, selon le dernier recensement de la ville, on estime à 4 200, le nombre de personnes sans domicile fixe. Mais elles seraient plutôt 5 000 selon les associations. Ces dernières n'ont pas cessé d'alerter sur leur sort et leurs besoins pendant tout le premier confinement.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sdf société social économie solidarité