Covid : la vaccination des plus jeunes a commencé à Toulouse

Depuis le 12 mai, les personnes de plus de 18 ans sans critère de comorbidité peuvent se faire vacciner, à condition de décrocher un créneau pour le lendemain grâce aux rendez-vous non honorés. A Toulouse, de 150 à 500 personnes par jour ont ainsi pu se faire vacciner durant le pont de l'Ascension.

Entre 5 et 10 % de rendez-vous non honorés par jour ont permis la vaccination des plus jeunes sans critères de comorbidité.
Entre 5 et 10 % de rendez-vous non honorés par jour ont permis la vaccination des plus jeunes sans critères de comorbidité. © Jean-Pierre Duntze/FTV

Selon une Enquête CoviPrev pour Santé publique France, le pourcentage de personnes de 18-24 ans favorables à la vaccination est passé de 26 % en décembre 2020 à 55 % en avril 2021. Cela se traduit-il dans les faits ?

Depuis le mercredi 12 mai, la vaccination est accessible à tous, quel que soit l'âge, lorsqu'il reste des doses disponibles plus de 24 heures. La marche à suivre est simple mais peut être longue : à Toulouse, un rendez-vous doit être pris via la plateforme Keldoc mais il faut être patient, décrocher un rendez-vous peut prendre plusieurs heures. En cas de feu vert, c'est une injection dans les 24 heures qui suivent la journée en cours. "Il faut parfois trois heures en cliquant de manière répétée pour y arriver, mais si on est persévérant, on l'a !", explique cet étudiant toulousain.

Basile, 27 ans, est venu recevoir sa seconde dose au vaccinodrome installé dans l'ancien parc des expositions de Toulouse, ce dimanche du long pont de l'Ascension. Atteint d'une pathologie et donc prioritaire, il n'est pas concerné par cet élargissement de l'accès à la vaccination à tous mais il a constaté que dans son entourage, personne n'est hostile à cette vaccination :"Il y a ceux qui respectent vraiment les consignes de sécurité sanitaire, et eux, ils en ont marre, alors rester quatre heures devant leur ordinateur pour décrocher un rendez-vous ne leur fait pas peur. Et puis, il y a ceux qui respectent moins et eux sont prêts à attendre". 

Pour le CHU (centre hospitalier universitaire) de Toulouse, en tout cas, l'élargissement de la campagne aux plus jeunes en cas de doses restantes est un succès. "En fait, les plages disponibles ont été prises très facilement", explique le docteur Anna Ribera, médecin superviseur du vaccinodrome toulousain. 

On avait entre 5 et 10 % de rendez-vous non honorés par jour, ces rendez-vous ont été remis sur Keldoc et ils ont été massivement remplis.

Anna Ribera, médecin superviseur du vaccinodrome de Toulouse

Entre 150 et 500 "jeunes" par jour ont ainsi pu se faire vacciner durant les quatre jours du long week-end de l'Ascension. Un pont qui n'a d'ailleurs pas découragé les candidats à la vaccination puisque le nombre d'injections quotidiennes n'a pas baissé pendant cette période. 3 000 à 3 500 vaccinations quotidiennes, 5 000 même en cas de nocturne.

L'ARS (agence régionale d'Occitanie) s'est d'ailleurs fixé comme objectif 400 000 injections de vaccins anti-covid, cette semaine.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société vaccins - covid-19