Crash d'EgyptAir : L'Egypte fait appel à une société française pour rechercher les boîtes noires de l'A320

L'Egypte a demandé à une entreprise française de rechercher les boîtes noires de l'Airbus A320 qui s'est écrasé en Méditerranée le 19 mai dans des circonstances encore obscures, selon le ministère de l'Aviation civile.

L'Airbus A320, qui assurait la liaison Paris-Le Caire et avait 66 personnes à bord, a disparu des écrans radars le 19 mai.
L'Airbus A320, qui assurait la liaison Paris-Le Caire et avait 66 personnes à bord, a disparu des écrans radars le 19 mai. © AFP
Le ministère a par ailleurs fait état de la détection d'un signal d'urgence émis par l'avion, ce qui pourrait aider à réduire le périmètre de recherche.
Le ministère a signé vendredi un accord avec "Deep Ocean Search (DOS, dont le siège est à Paris) pour mener les recherches des deux boîtes noires de l'A320", selon un communiqué.

DOS, qui dit opérer "quotidiennement" dans des eaux très profondes allant jusqu'à 6.000 mètres, dispose d'un navire qui repère les signaux ultrasons (ou "pings") des boîtes noires et qui est également équipé d'un robot capable de cartographier les fonds et de récupérer les boîtes noires.

L'Airbus A320, qui assurait la liaison Paris-Le Caire et avait 66 personnes à bord, a disparu des écrans radars le 19 mai, et des débris ont été retrouvés depuis au large des côtes égyptiennes.
"Le comité d'enquête a reçu des informations satellitaires indiquant qu'une radiobalise de signal de détresse d'avion (ELT) avait été détectée, et a transmis les coordonnées" aux équipes de recherche, indique par ailleurs samedi le ministère égyptien.

Le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) français a annoncé jeudi dans un communiqué que la campagne de recherches sous-marines pour localiser l'épave et les boîtes noires allait débuter "dans les prochains jours".
Selon le BEA, les opérations débuteront avec l'arrivée dans la zone de recherches du bâtiment "Laplace" de la Marine française, qui a appareillé jeudi de l'île de Corse.
Le navire est équipé de trois Detector 6000 de la société française Alseamar, un "système immergé pour écouter et localiser le signal des balises des enregistreurs de vol", a-t-il ajouté.

Pas avant douze jours 

Il ne sera pas possible de repêcher avant au moins 12 jours les boîtes noires du vol Paris-Le Caire d'EgyptAir. Le navire spécialisé de DOS a quitté la mer d'Irlande samedi et n'atteindra la zone présumée du crash que dans 12 jours environ, après avoir embarqué à Alexandrie les enquêteurs égyptiens et français
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
airbus économie entreprises aéronautique