Le datura, fléau des cultures bio

Récemment, un supermarché a rappelé des lots de farine contaminés au datura. Cette plante toxique qui apprécie les zones chaudes se déceloppe surtout dans les cultures bio, puisque les agriculteurs n'y utilisent pas de pesticides. 

Le datura
Le datura © Emmanuel Fillon
Le 28 août dernier, Intermarché rappelait un lot de farine de sarrasin bio, produite en France. La raison ? Cette farine était peut-être contaminée par le datura, une plante toxique pouvant provoquer des hallucinations, une confusion, une désorientation spatio-temporelle ou encore de la tachychardie.

Cette plante, le datura, est un fléau contre lequel les agriculteurs bio ont bien du mal à lutter. En Occitanie, plusieurs d'entre eux sont touchés. 

"Elle se développe surtout dans les cultures de printemps", explique Pierre Cahuzac de la coopération Val de Gascogne. A savoir le tournesol, le maïs, le soja. Surtout, elle se dissémine très vite : "la graine est légère et petite. Elle se colle facilement aux plantes, ensuite il est très difficile de l'enlever", poursuit-il. 
 

Une plante qui apprécie les zones chaudes

Il est plus difficile de lutter contre le datura pour les agriculteurs bio, puisqu'ils n'utilisent pas de pesticides. Il faut donc l'arracher, soit manuellement soit à l'aide de machines. 

Le problème, c'est que cette plante se conserve très bien dans le sol. Si une parcelle est contaminée, cela peut prendre plusieurs années, avant que les risques disparaissent, selon Pierre Cahuzac. Il vaut donc mieux éviter de replanter sur cette zone, ou bien changer de culture.

Les contrôles des autorités sanitaires sont drastiques en ce qui concerne le datura. Pierre Cahuzac en est arrivé à détruire des parcelles entières, par risque de contamination. 

Le datura se développe surtout dans les zones chaudes. En France, il est très présent dans les cultures en Provence, Nouvelle-Aquitaine et Occitanie)
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
archives archives archives archives archives archives archives