Le département de Haute-Garonne ne disparaîtra finalement pas au profit de Toulouse Métropole

Georges Méric, le président PS du Conseil départemental de Haute-Garonne. / © MaxPPP
Georges Méric, le président PS du Conseil départemental de Haute-Garonne. / © MaxPPP

Soulagement pour les élus de Haute-Garonne : le projet de disparition de l'échelon départemental pour les communes de moins d'un million d'habitants, projet porté par le candidat Macron, ne devrait pas voir le jour. Seules les métropoles de plus d'un million d'habitants seraient concernées. 

Par Marie Martin

La conférence nationale des territoires qui s'est tenue lundi 17 juillet 2017 a au moins abouti à une satisfaction pour les élus locaux : le projet de disparition de l'échelon départemental pour les communes de moins d'un million d'habitants semble abandonné.

C'était un projet du candidat Macron et un sujet d'inquiétude pour bien des départements, à l'instar de la Haute-Garonne. Le président du conseil départemental Georges Méric se dit satisfait de cet abandon, évoqué à plusieurs reprises lors de la conférence nationale. 

"Le président Macron a été dans une volonté de ne pas généraliser le modèle lyonnais [Le département du Rhône a disparu pour laisser la place à une grande métropole lyonnaise en 2015, NDLR]", explique Georges Méric. 

Le projet ne concernerait plus que les métropoles dites européennes, de plus d'un million d'habitants, soit en France, Paris et Marseille. 

Soulagement donc pour le département de Haute-Garonne qui voyait d'un très mauvais oeil une "séparation" d'avec Toulouse Métropole. "Si le département est amputé de Toulouse Métropole, c'est un coup fatal à la solidarité territorialeLa Haute-Garonne n'est pas le Rhône", explique le président du département. "Le territoire est très hétéroclite, il y a des zones riches, des zones très riches mais également des zones pauvres. Seul le département permet une péréquation entre toutes ces zones. Pour l'action sociale, les routes, les logements sociaux..." 

Désormais, il s'agit pour le département de renforcer le dialogue avec la Métropole. "Le savoir-faire départemental est à sa disposition", assure Georges Méric.
Et de rappeler que Toulouse Métropole représente 7% du département. 550 autres communes composent ce dernier. 

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus