Djihadisme : premier procès dans la famille Clain

Les frères Clain avaient revendiqué au nom de Daesh les attentats du 13 novembre 2015.
Les frères Clain avaient revendiqué au nom de Daesh les attentats du 13 novembre 2015.

Anne Diana Clain sera jugée les 19 et 20 novembre prochain pour association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes de terrorisme. Elle est la soeur des Toulousains Jean-Michel et Fabien Clain qui étaient considérés comme les "voix" de Daesh. 

Par Juliette Meurin

Elle n'a jamais réussi à rejoindre ses frères en Syrie. Anne Diana Clain avait été arrêtée à la frontière en 2016. Elle sera jugée à Paris les 19 et 20 novembre prochain notamment pour association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes de terrorisme.
Le quotidien Libération qui a pu consulter l'ordonnance de renvoi devant le tribunal correctionnel de Paris en livre quelques extraits laissant entrevoir un petit bout de l'histoire de cette femme aujourd'hui âgée de 44 ans.

Dans la famille Clain, elle est la fille ainée, née à l'île de la Réunion. Ses frères Jean-Michel et Fabien sont nés à Toulouse.
Selon les informations recueillies par Libération, la famille d'origine catholique s'est convertie à l'islam vers 1999 sous l'influence de Mohamed Amri, le compagnon d'Anne Diana Clain puis avec Olivier Corel, l'émir blanc du village d'Artigat en Ariège.
 


En Syrie, les frères Clain sont devenus "les voix" du groupe Etat Islamique. En 2015 après les attentats du 13 novembre, Fabien Clain avait revendiqué "l'attaque" au nom de Daesh.

Les frères Clain ont été tués par des frappes de la coalition en février dernier. Leur soeur Anne Diana Clain sera donc la première de la famille à s'exprimer sur ce parcours terroriste ; et elle devra s'expliquer sur son implication personnelle. 

Selon les extraits de l'ordonnance de renvoi mis en avant par Libération, elle aurait longtemps soutenu ne rien savoir : "je sais seulement que Jean-Michel chante des anasheeds (chants religieux) et que mon frère Fabien les écrit", aurait-elle déclaré.
Mais quand Anne Diana Clain est arrêtée à la frontière syrienne avec son mari et ses enfants, des téléphones portables saisis montrent des images et des textes sans équivoque. Un texte de son fils Ismaël semble même inspiré par les chants de Fabien et Jean-Michel Clain : "en faisant tout exploser, on ne fera que se venger. Mais faudra pas pleurer quand Paris sera fini. Par milliers on fera péter des bombes toute la nuit."
Elle finira par expliquer qu'elle avait compris sur le tard que les textes de revendication de ses frères étaient "hard".

A lire aussi

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus