Economie : Bercy détaille la relocalisation de certains services des finances publiques dans 5 villes d'Occitanie

C'est un pas de plus vers une relocalisation de certains services de l'Etat. Ce mercredi, le ministère de l'Economie a donné la liste des services des finances publiques, DGFIP, qui vont être décentralisés dans 50 villes moyennes à partir de 2021. En Occitanie 5 villes sont concernées.

Bercy confirme la relocalisation de certains services des finances publiques.
Bercy confirme la relocalisation de certains services des finances publiques. © BERTRAND GUAY / AFP
La direction générale des Finances publiques, DGFIP, a engagé une démarche visant à opérer un rééquilibrage géographique de la présence de ses services sur le territoire, en relocalisant des emplois des métropoles vers des communes de taille moyenne ou plus petite, dans les territoires périphériques. En Occitanie, 5 communes sont concernées : 

Une plateforme d'accueil téléphonique à Cahors

Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance et Olivier Dussopt ministre délégué chargé des Comptes publics ont annoncé le détail des relocalisations dans les 50 premières villes en présence des maires concernés réunis ce matin à Bercy pour l’occasion.
La ville de Cahors va accueillir un centre de contact chargé de répondre à distance aux questions des contribuables professionnels. Ce service comptera, à terme, une quarantaine d’emplois. Sa mise en place est prévue à compter de 2024.
Les services concernés par cette relocalisation seront notamment ceux d'appui à la publicité foncière, ce sera le cas à Mende et Tarbes. Des plateformes d'accueil à distance pour les particuliers, à Decazeville, Perpignan et Cahors.

Combien d'agents ?

2.500 agents, sur la base du volontariat, vont être déplacés de l'Ile-de-France vers les villes de Mende, Perpignan, Tarbes, Cahors et Decazeville. A terme, le gouvernement veut relocaliser 6.000 agents de la fonction publique d'Etat. Cette relocalisation de services des finances publiques dans des villes moyennes devrait débuter l'an prochain.

 

Dynamiser les centre-villes

Ces relocalisations ont pour but de redynamiser les centres-villes de certaines communes. 

Cette relocalisation doit aussi se décliner sur le plan administratif. Il faut irriguer les territoires, et parfois réparer des départs opérés il y a quelques années.

Bruno Le Maire, ministre de l'Economie


Une présence qui a son importance dans ces territoires souvent en pointe du mouvement des "gilets jaunes" depuis fin 2018.

Appel à candidature               

Bercy avait lancé en octobre 2019 un appel à candidatures en vue de sélectionner les communes intéressées par cette décentralisation. Plus de 400 avaient répondu et 50 ont été retenues en janvier dernier. Une quinzaine de nouvelles communes doivent encore être sélectionnées cet automne.
D'ici la fin 2023, la DGFIP, sera présente directement dans 3.000 communes en France. 650 de ces points deproximité devraient ouvrir en 2021.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région occitanie politique réforme territoriale économie