• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Guy Noves réclame 3 millions d'euros pour son licenciement à la Fédération Française de Rugby

Guy Novès et son avocat Me Nougarolis, au conseil des Prud'hommes de Toulouse, le 22 mai 2018. / © Christophe Neidhardt / France 3 Occitanie
Guy Novès et son avocat Me Nougarolis, au conseil des Prud'hommes de Toulouse, le 22 mai 2018. / © Christophe Neidhardt / France 3 Occitanie

L'ex-sélectionneur du XV de France Guy Novès conteste son licenciement pour faute grave et demande à son ex-employeur, la Fédération française de Rugby, près de 3 millions d'euros de préjudice. L'audience, devant le tribunal des Prud'hommes de Toulouse, aura lieu le 14 février.

Par Vincent Albinet

Guy Novès n'a toujours pas digéré son licenciement le 27 décembre 2017 pour faute grave du poste de sélectionneur du XV de France de rugby, intervenu après une série de mauvais résultats, et notamment un match nul historique face à la très modeste équipe du Japon (23-23)

Nous avions rencontré Guy Novès quelques jours après son licenciement :
Aujourd'hui, Guy Novès "est toujours blessé mais dans un état d'esprit combatif", indique son avocat Me Laurent Nougarolis. "Il entend être réparé dans son honneur et voir écrit qu'il n'a commis aucune faute".

Après une tentative de conciliation avec la Fédération Française de Rugby qui a fait long feu devant les Prud'hommes de Toulouse  au mois de mai 2018, le tribunal a convoqué les deux parties le 14 février prochain.
 
Guy Novès, qui estime que son licenciement est injustifié sur le fond et qu'il a été réalisé illégalement, réclame près de 3 millions d'euros à son ex-employeur, selon son avocat..

Parmi les 21 postes de demandes formulées,  au moins 720.000 euros de dommages et intérêts correspondant aux salaires qu'il aurait perçus, congés payés compris, si son contrat avait été à son terme. Il demande également des dommages et intérêts pour "préjudice de notoriété", pour circonstances vexatoires (le plaignant ayant appris son licenciement par voie de presse) et pour non respect de la procédure de licenciement.

L'ex-sélectionneur n'aurait en effet pas été convoqué à un entretien préalable au licenciement, étape obligatoire de la procédure.

«Dans la faute grave qui m'est reprochée, on ne m'a pas laissé finir mon travail avec l'équipe de France, avait-t-il déclaré en sortant de l'audience de conciliation des Prud'hommes." Guy Novès veut aussi "laver son honneur". "Pour moi, le plus important, c'est de retrouver le regard des gens.», avait-il ajouté.
 
 

Sur le même sujet

La Bulle, douche nomade à Montpellier

Les + Lus