Haute-Garonne : le tunnel de Saint-Béat est (encore) fermé à la circulation pour plusieurs semaines

Le tunnel de Saint-Béat-Lez, en Haute-Garonne, est fermé à la circulation depuis le 8 avril. Une "panne complexe sur des équipements de sécurité des usagers" est en cause. Le trafic est donc à l'arrêt dans celui qui a la triste réputation d'être le tunnel le plus fermé de France. 

Le tunnel de Saint-Béat.
Le tunnel de Saint-Béat. © FTV

Le tunnel de Saint-Béat-Lez, en Haute-Garonne, pourrait être fermé à la circulation pendant trois à quatre semaines. C'est la Préfecture qui annonce cette énième fermeture. En cause, une "panne complexe sur des équipements de sécurité des usagers".

Selon la préfecture de Haute-Garonne, plusieurs entreprises spécialisées ont été missionnées par la Direction Interdépartementale des Routes du Sud-Ouest, pour établir un diagnostic et procéder à la réparation des dispositifs défectueux.

Compte tenu de la réglementation en vigueur concernant la sécurité des usagers dans les tunnels, mise en place suite à l’incendie du tunnel du Mont Blanc, il s’avère impossible de procéder à la réouverture du tunnel tant que le système complexe de gestion de la sécurité des usagers, qui inclut de nombreux équipements reliés entre eux par un réseau informatique et de communication, ne fonctionne pas parfaitement.

La Préfecture de Haute-Garonne

La Direction Interdépartementale des Routes du Sud-Ouest tente de limiter les délais de réouverture du tunnel, et réduire la gêne occasionnée aux usagers et aux riverains de la déviation mais compte-tenu de l'ampleur de la rénovation, le tunnel, fermé depuis le jeudi 8 avril, devrait le rester entre trois et quatre semaines.

Le tunnel de Saint-Béat-Lez, long de 1066 mètres, qui relie la France à l'Espagne et dont le chantier a commencé en 2013, a été ouvert en 2018. Mais depuis, les pannes et les incidents se multiplient, faisant de l'ouvrage le tunnel le plus fermé de France, selon certains utilisateurs excédés.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
circulation économie transports pyrénées nature montagne