INTERVIEW. Dévier un astéroïde : explications de Naomie Murdoch, membre de l'équipe de Toulouse qui va aider la Nasa dans sa mission

Publié le
Écrit par Justine Salles .

Dans la nuit du 26 au 27 septembre, l’Institut Supérieur de l'Aéronautique et de l'Espace implanté à Toulouse (Haute-Garonne) va participer à une mission de la Nasa : dévier la trajectoire d'un astéroïde. Naomi Murdoch est membre de l’équipe toulousaine, elle nous explique cette mission digne d'un film hollywoodien.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

Répétition générale au sein de l'Isae-Supaero. Pour la première fois, l'Institut Supérieur de l'Aéronautique et de l'Espace basé à Toulouse va travailler avec la Nasa sur une mission de défense planétaire. Naomi Murdoch, membre de l'équipe DART et co-investigatrice de la mission Hera à l’Isae-Supaero, nous en dit plus.

France 3 Occitanie : Que va-t-il se passer dans la nuit de lundi 26 à mardi 27 septembre, à 1h15 du matin ?

Naomi Murdoch, membre de l'équipe DART : On va impacter un astéroïde appelé Dimorphos. C'est la première fois que nous testons nos capacités à protéger la planète. En novembre dernier déjà, la NASA a lancé une sonde, Dart, qui signifie fléchette en français, et qui va entrer dans l'astéroïde pour essayer de le dévier, changer sa trajectoire dans l'espace. La plupart des astéroïdes se situent entre Mars et Jupiter. Celui qu'on va impacter est de 150 mètres, une taille qui pourrait nous poser problème un jour car cela pourrait provoquer des dégâts sur Terre, et il en reste beaucoup de cette envergure qu'on ne connaît pas encore.

France 3 Occitanie : En quoi allez-vous participer à cette mission ?

Naomi Murdoch, membre de l'équipe DART : On essaie de comprendre les propriétés physiques de l'astéroïde. Elles sont très importantes pour interpréter l'impact avec la sonde Dart. On va chercher à savoir si l'astéroïde est fait de sable, s'il y a la présence de gros cailloux à sa surface ? Il faut caractériser toutes les intéreactions entre la sonde et l'astéroïde pour savoir ce qu'il s'est passé. On saura quasi immédiatement si l'impact a eu lieu. Ensuite, il faudra quantifier à quel point on a dévié l'astéroïde, cela prend plus de temps, parfois plusieurs semaines, c'est assez complexe.

France 3 Occitanie : Est-ce qu'on se prépare à cette trajectoire en sachant qu'un jour on aura peut-être un astéroïde qui mettra en danger une partie de la population de la Terre ?

Naomi Murdoch, membre de l'équipe DART : Aujourd'hui, il n'y a aucun astéroïde connu qui menace la Terre. Mais, il y en a des dizaines de milliers dans le système solaire qu'on ne connaît pas encore et il se peut qu'un jour, en observant le ciel, les astronomes trouvent un astéroïde qui, quand on regarde son mouvement dans l'espace, peuvent prédire qu'il va entrer en collision avec la Terre. L'objectif de la mission Dart est bien là : que les agences spatiales dans le monde sachent quoi faire si jamais la situation se présente. Toulouse et la France font partie de la solution.

Ecrit par : Justine Salles avec Pierjean Frison

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité