Cet article date de plus de 7 ans

L'UDI de Jean-Louis Borloo apporte son soutien à Jean-Luc Moudenc pour les municipales à Toulouse

INFO FRANCE 3 MIDI-PYRENEES - L'UDI, dirigée par Jean-Louis Borloo, a décidé ce mardi soir d'apporter son soutien au candidat UMP Jean-Luc Moudenc pour les municipales à Toulouse. L'UDI avait pourtant investi Christine de Veyrac en juin dernier. L'UDI officialisera rapidement ce revirement.
Mieux vaut tard que jamais ! Jean-Luc Moudenc a obtenu ce qu'il souhaitait depuis longtemps : l'UDI de Jean-Louis Borloo a décidé mardi soir d'apporter son soutien au candidat UMP aux élections municipales de Toulouse (23 et 30 mars), selon des sources internes à la direction nationale de l'UDI contactées par France 3 Midi-Pyrénées. L'officialisation de ce soutien est imminente et devrait intervenir dans les jours qui viennent. 

Ce "ralliement" de l'UDI à la candidature de Jean-Luc Moudenc n'est pas une surprise : plusieurs représentants de l'UDI figurent sur sa liste et des mouvements politiques qui composent l'UDI (comme le "Nouveau Centre" ou "Alliance centriste") ont déjà apporté leurs soutiens à Jean-Luc Moudenc. Le candidat UMP bénéficie aussi du soutien du MoDem 31, le parti de François Bayrou, associé au niveau national à l'UDI sous la bannière de "l'Alternative". 

Mais pour les municipales à Toulouse, l'UDI avait investi en juin dernier Christine de Veyrac, députée européenne membre de l'UDI.
ll y a un an, en janvier 2013, Jean-Louis Borloo, en visite à Toulouse avait "adoubé" la candidature de Christine de Veyrac, répétant devant micros et caméras que Toulouse "de tradition centriste" était une "priorité nationale" pour l'UDI :
durée de la vidéo: 00 min 18
Christine de Veyrac et l'UDI
Depuis, de nombreux centristes ont appelé à un rassemblement rapide de la droite et du centre à Toulouse, pour faire face dans l'unité au maire sortant PS Pierre Cohen. Un accord aurait pu intervenir avant l'été 2013, mais Jean-Louis Borloo avait lui-même repoussé l'échéance "à l'automne" lors d'une interview accordée à France 3 Midi-Pyrénées début mars 2013.

La campagne avançant, Jean-Luc Moudenc a fixé justement à l'automne dernier une sorte d'ultimatum à l'UDI et, ne voyant rien venir, a présenté sa liste pour les municipales début décembre sur laquelle figurent plusieurs centristes et membres de l'UDI. En insistant sur un point : sa liste ne fusionnera avec aucune autre avant les élections ce qui fermait la porte à une éventuelle union tardive avec Christine de Veyrac.

Mais pour celle qui se voit désormais retirer l'investiture UDI, cet événement ne change rien. Christine de Veyrac est décidée à aller jusqu'au bout de sa campagne pour "renouveler la politique". La députée européenne n'affichait d'ailleurs pas les couleurs de son parti sur ses documents de campagne ou sur son local inauguré la semaine dernière :

Christine de Veyrac s'affichera donc en candidate indépendante du centre pour cette campagne municipale à Toulouse.
Jean-Luc Moudenc, lui, peut maintenant revendiquer le titre de candidat d'union du centre et de la droite républicaine : au-delà des personnalités issues de la société civile, il fédère désormais les soutiens des formations politiques du centre (UDI/Modem) jusqu'à la droite de l'UMP (Debout la République, MPF). 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique