La Tour Occitanie devrait voir le jour, la cour administrative d'appel de Toulouse a rejeté le dernier recours des opposants

La cour administrative d'appel de Toulouse a rejeté ce jeudi 15 février, le dernier recours des opposants à la Tour Occitanie. Elle a confirmé "la légalité de l’arrêté du 23 juillet 2019 par lequel le maire de Toulouse a délivré à la société Compagnie de Phalsbourg un permis de construire un immeuble de grande hauteur, dénommé "Tour Occitanie"". Sa construction aura bien lieu.

La 4ème chambre de la cour administrative d'appel de Toulouse a rejeté ce jeudi 15 février, le dernier recours des opposants à la Tour Occitanie. Cette décision fait suite à l'audience qui s'était déroulée le 1er février dernier.

"Par un arrêt du 15 février 2024, la cour administrative d’appel de Toulouse a statué sur l’appel formé par les associations "Non au gratte-ciel de Toulouse – collectif pour un urbanisme citoyen", "Les amis de la terre Midi-Pyrénées", "Droit au logement 31" et "France nature environnement Midi-Pyrénées" ainsi que des riverains, contre le jugement du tribunal administratif de Toulouse rejetant leur demande d’annulation de l’arrêté du 23 juillet 2019 par lequel le maire de Toulouse a délivré à la société Compagnie de Phalsbourg un permis de construire un ensemble immobilier à usage mixte de logements, bureaux, hôtel, commerces, restaurants et autres activités tertiaires avec démolition totale des constructions existantes".

L'association Non au Gratte-ciel de Toulouse, les Amis de la terre, le DAL 31, France Nature environnement et trois riverains avaient attaqué pour des raisons environnementales, le permis de construire délivré en juillet 2019 par la mairie de Toulouse.

Les associations ont été déboutées une nouvelle fois après le rejet de leur recours initial par le tribunal administratif en juin 2022. En novembre 2023, la cour d'appel avait de nouveau rejeté le recours des opposants. Ce recours portait sur la modification du Plan local d'urbanisme autorisant le promoteur à ne pas construire de logements sociaux dans la tour.

Dans son communiqué de presse, la cour administrative d'appel précise "qu'elle a écarté l’ensemble des moyens des requérants...elle a également retenu le caractère proportionné de l’étude d’impact aux différents enjeux environnementaux".

"En ce qui concerne l’insertion du projet dans son environnement, la Cour a souligné l’intérêt architectural et paysager urbain certain qui caractérise le site d’implantation de la tour Occitanie à proximité immédiate de la gare de Toulouse Matabiau et en face du Canal du Midi".

Elle s’est livrée à une analyse très précise de l’esthétique du projet, a estimé qu’il ne porte pas atteinte aux caractères paysagers du canal du Midi et que les covisibilités restent limitées dans le grand paysage, du fait des écrans constitués par les fronts bâtis du centre-ville dense et par le jeu de la végétation.

La cour administrative d'appel de Toulouse

Situé à proximité de la gare de Toulouse Matabiau sur le site de l’ancien centre de tri postal, ce projet immobilier prévoit la réalisation d’une tour d’une hauteur de 150 mètres comportant 40 niveaux. Une structure qui devrait être visible depuis toute l'agglomération toulousaine.