• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Malvy, Izard et Moudenc interviennent ensemble sur les conditions de privatisation de l'aéroport de Toulouse-Blagnac

© MaxPPP
© MaxPPP

Un communiqué public commun est adressé à Régis Turrini, le commissaire aux participations de l'Etat, pour lui rappeler qu'il avait omis de répondre aux questions d'Airbus concernant la future privatisation de l'aéroport.

Par Michel Pech

Interrogés mercredi sur l’ouverture du capital de l’aéroport Toulouse-Blagnac, Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées, Pierre Izard, président du Conseil général de la Haute-Garonne, et Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole, ont déclaré :

« Alertés par Airbus sur l'absence de réponse à ses questions, nous avons saisi dès le 2 octobre, avec Alain Di Crescenzo, le Commissaire aux participations de l'Etat, Régis Turrini, avec copie au ministre concerné. Nous lui avons fait part de nos interrogations et de notre surprise quant au silence de l’Agence des participations de l’Etat, notamment aux interrogations d’Airbus et rappelé notre position commune à savoir que le processus en cours devra nécessairement prendre en compte les spécificités économiques du territoire que nous représentons, à commencer par les activités économiques déjà présentes sur le site de l’aéroport dont les perspectives de développement devront être garanties. Nous y veillerons.
Nous avons, d'un commun accord et dans la logique de notre lettre du 2 octobre, fixé un rendez-vous au Commissaire aux participations de l'Etat, qui se tiendra ce vendredi par visio-conférence, depuis l’Hôtel de Région.
Nous sommes en attente d’éclaircissements sur les incertitudes qui demeurent autour de la cession des parts de l'Etat et de ses conséquences pour notre tissu économique et industriel.
Nous rappelons que les trois collectivités locales et la CCI de Toulouse détiennent 40 % du capital de Toulouse-Blagnac. Après avoir envisagé de participer à la compétition, elles n’y ont pas donné suite, compte tenu de la complexité de la démarche et des montants financiers en jeu.
La Région, le Département, la Métropole et la CCI seront appelés à donner leur avis en fin de procédure. L’issu de cet entretien sera déterminant pour l’avis que nous devons émettre. »

A lire aussi

Sur le même sujet

Sète : l’air pollué aux particules fines par les bateaux de croisière

Les + Lus