Cet article date de plus de 5 ans

Manuel Valls, les amis du président, des opposants et des centaines de policiers à Colomiers

Dure journée pour les Columérins. La ville de la banlieue toulousaine a été transformée en camp retranché pour la venue de Manuel Valls et de plusieurs ministres en meeting de rentrée. 
Il ne fallait pas avoir quelque chose à faire autour du Hall Comminges ou dans le centre de Colomiers, ce lundi après-midi. Manuel Valls, le premier ministre, une cohorte de ministres PS et plusieurs centaines de personnes étaient réunies dans la salle de la commune pour un rassemblement politique de rentrée, après l'annulation de l'université d'été du PS prévue à Nantes. Mais des opposants notamment à la loi travail se sont aussi réunis plus loin, place de l'hôtel de ville pour un contre-meeting.

Loin de faire l'unanimité dans les rangs du PS

C'est le gouvernement, plus particulièrement Stéphane Le Foll, qui avait choisi Colomiers pour cette rentrée. De quoi réjouir les "Hollandais" du PS, les proches de François Hollande, mais pas forcément les autres. Nombre de socialistes avaient ce lundi autre chose à faire. "J'ai piscine" a indiqué, en plaisantant, l'un d'eux sous couvert d'anonymat.
Pour les plus courageux, la raison était argumentée. Les proches de Martine Aubry ont expliqué pourquoi ils boycottaient le rendez-vous de Colomiers, parmi lesquels Pierre Cohen l'ancien maire de Toulouse, très proche de la maire de Lille, mais aussi des élus socialistes d'autres sensibilités, comme Philippe Martin, ancien ministre et président du conseil départemental du Gers ou encore Valérie Rabault, députée du Tarn-et-Garonne et rapporteure générale du budget à l'Assemblée Nationale. 

Des élus... et des forces de l'ordre

Il y avait cependant des élus régionaux à Colomiers à commencer par la présidente de la région Occitanie, Carole Delga, soutien de Manuel Valls et de François Hollande. Il y avait aussi quelques centaines d'anonymes venus participer aux ateliers de l'après-midi qui, chose étrange, n'étaient pas ouverts à la presse ! En revanche, les caméras étaient les bienvenues pour le meeting de clotûre où devait s'exprimer Manuel Valls notamment.
Pour assurer la sécurité de cette réunion, des centaines de policiers et gendarmes avaient pris place à Colomiers, devenu l'épicentre gouvernemental le temps d'un meeting. 

Des manifestants mobilisés

Une telle réunion est un détonateur pour les mécontents. La CGT avait même qualifié de "provocation" la venue de Manuel Valls à Colomiers, près de Toulouse, ville natale de Georges Séguy, l'ancien patron du syndicat mort cet été.  Plusieurs organisations syndicales ont organisé un "contre-meeting", place de l'hôtel de ville de Colomiers, pour dénoncer la présence du gouvernement et rappelé que la lutte contre la loi El Khomri n'est pas terminée, malgré la publication des décrets d'application. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique parti socialiste social économie