"Même s'il ouvre, nous continuerons à nous y opposer !" mobilisation d'habitants de quartier contre l'ouverture d'un supermarché

Des habitants des quartiers Croix-de-Pierre et de Saint-Cyprien, à Toulouse en Haute-Garonne, s'opposent à l'ouverture prévue au printemps prochain d'un supermarché Carrefour avenue de Muret. Ils redoutent une mise à mort des petits commerces et en redoutent les nuisances.

Un collectif d'habitants des quartiers Croix-de-Pierre et de Saint-Cyprien, situés à Toulouse en Haute-Garonne, baptisé "Les riverains du 231"  appelle à une mobilisation ce mercredi 20 décembre 2023. Depuis plusieurs semaines, ils protestent contre l'installation à venir d'un magasin carrefour au 231, avenue de Muret, en lieu et place d'un ancien magasin de mobilier de jardin. Sylvie Ottenheimer, l'une de ses membres, nous en explique les raisons. 

France 3 Occitanie : Pourquoi appelez-vous à un rassemblement le 20 décembre contre ce projet ? 

Sylvie Ottenheimer : Ce rassemblement est une autre étape de notre mobilisation contre l'ouverture prochaine d'un magasin Carrefour au 231, avenue de Muret, là où nous donnons rendez-vous. Une rue où de nombreux petits commerces sont installés depuis très longtemps, qui jouent un rôle en tant que lieu de vie, mais aussi social, où le lien humain est très fort avec les habitants. Nous craignons que l'ouverture de cette grande surface ne bouscule cet esprit de quartier que nous défendons, sans parler des nuisances. Nous avons organisé des réunions d'informations et rencontré les maires des deux quartiers, qui nous indiquent ne rien pouvoir faire. Ils nous disent que pour s'installer, ce commerce n'a pas besoin d'autorisation, car sa surface inférieure à 1000 m2  et sa surface d'exploitation, de 290 m 2. Nous souhaitons ce rassemblement sans orientation politique, sans débordement, sans paroles déplacées, ni agressivité envers qui que ce soit, ni aucune dégradation. Mais nous nous rassemblons pour dire que nous existons, que nous demandons l'annulation de l'installation de Carrefour. 

France 3 Occitanie : Pour quelles raisons, précisément, êtes-vous opposés à l'ouverture de ce magasin Carrefour ? 

Sylvie Ottenheimer : Comme je l'ai évoqué, pour éviter qu'il n'écrase les petits commerces qui sont là depuis très longtemps. Ils prennent soin des personnes âgées, des sans-domicile fixe. Ils ont subi les travaux du tramways, le Covid et maintenant l'arrivée de ce concurrent. Ensuite, parce qu'il y a déjà plusieurs grandes surfaces à proximité. Un carrefour déjà existant à 700 m, un Casino au fer à cheval, un Auchan de 500 m2 à 5 minutes sur les allées Charles de Fittes. Un magasin Vival juste en face. Cela n'a pas de sens cette ouverture ! Et puis il y a les nuisances de tout type. Déjà, il n'y a pas de place de livraison devant pour permettre aux palettes d'être déchargées, donc ils devront se garer en face. Mais cela posera un problème de sécurité routière puisque c'est une voie se croisent désormais le tram, les vélos et les voitures. Des riverains ont leur domicile qui donne directement sur ce commerce où il y a un jardin. Ils craignent notamment des nuisances sonores à cause des climatisations et des chambres froides. 

France 3 Occitanie : Avez vous engagé d'autres actions ? 

Sylvie Ottenheimer : Oui, nous avons engagé une avocate que nous avons rencontrée. Il existe peu de voies de recours mais il y a en quand même et un bon nombre de riverains ont intenté un recours gracieux. Nous ne sommes pas encore une association, mais nous nous structurons. Et même si ce magasin ouvre, nous continuerons.