Municipales à Toulouse : toujours pas d'accord entre le PS et Archipel citoyen malgré un sondage favorable à l'union

A Toulouse, Antoine Maurice et Nadia Pellefigue, respectivement deuxième et troisième lors du premier tour des élections municipales, n'ont pour l'instant pas trouvé d'accord de fusion pour le second tour. Pourtant, selon un sondage, la gauche unie pourrait l'emporter face à Jean-Luc Moudenc.
Antoine Maurice, candidat d'Archipel citoyen, veut croire que l'union de la gauche est possible à Toulouse pour le second tour des élections municipales 2020.
Antoine Maurice, candidat d'Archipel citoyen, veut croire que l'union de la gauche est possible à Toulouse pour le second tour des élections municipales 2020. © L.Boffet / FTV
Si l'on connaît désormais la date du second tour des élections municipales 2020, on ne sait pas encore s'il y aura deux ou trois listes en présence à Toulouse. Et si la gauche saura faire front uni pour affronter le maire sortant, Jean-Luc Moudenc, arrivé en tête au premier tour avec 36,18% des voix. Car les candidats des deux listes de gauche en capacité de se maintenir, Antoine Maurice (Archipel citoyen) et Nadia Pellefigue (PS, PRG et PCF) n'ont pour l'instant pas réussi à se mettre d'accord sur la fusion. Il leur reste 4 jours pour y parvenir. Les listes pour le second tour devant être déposées au plus tard à 18h00, le 2 juin.

 

Un "pacte de gouvernance"... Pas encore accepté par Nadia Pellefigue

Si l'on en croit Antoine Maurice, la balle est désormais dans le camp de Nadia Pellefigue. Le candidat d'Archipel citoyen, arrivé en 2ème position le 15 mars avec 27,56% des voix, tenait ce vendredi une conférence de presse. A ses côtés, celui qui s'est rallié à lui dès le soir du premier tour, Pierre Cohen, crédité de 5,66% des voix avec sa liste "Pour la cohésion !" Si l'union s'est "imposée naturellement" pour Antoine Maurice et Pierre Cohen dès le 15 mars, elle semble plus difficile à obtenir avec Nadia Pellefigue.
Le candidat d'Archipel a en effet expliqué ce vendredi que si leurs deux équipes travaillent ensemble à trouver un accord d'union depuis le 15 mars, une nouvelle réunion jeudi soir n'a pas pu aboutir au consensus avec celle qui est arrivée 3ème au premier tour avec 18,53% des suffrages.

Nous proposons un projet commun et un pacte de gouvernance qui assure le respect des résultats du premier tour, basé sur la proportionnelle et respectant le choix des électeurs. Nous proposons donc à Nadia Pellefigue d'être numéro 2 sur cette liste de rassemblement et de construire une liste proportionnelle en nombre d'élus selon les résultats du premier tour. Antoine Maurice

 

La présidence de la Métropole, point d'achoppement ?

Etre numéro 2 sur la liste, "avoir un rôle important dans la campagne et demain dans la gouvernance", c'est ce que propose le candidat d'Archipel. Cela suffira-t-il à Nadia Pellefigue ? La candidate de la liste "Une nouvelle énergie pour Toulouse" comptait plutôt sur la présidence de la Métropole. Elle en a même fait lundi la condition d'un rassemblement. Mais la Métropole, c'est non, avait déjà dit lundi Antoine Maurice. Et c'est toujours non, a-t-il martelé ce vendredi.
"Pour nous, ce n'est pas le sujet" a-t-il répété.  "Il n'est pas possible que la candidate arrivée 3ème revendique la présidence de la Métropole. Le sujet, c'est d'abord de gagner l'élection municipale"


Un sondage, commandé par Archipel, donne la gauche gagnant en cas de fusion

Antoine Maurice dit attendre maintenant la réponse de Nadia Pellefigue mais "on ne comprendrait pas qu'avec un projet commun et global, il n'y ait pas d'accord" souligne-t-il. Pour lui, si le rassemblement échoue, la candidate de la liste PS-PRG-PCF "en portera la responsabilité".

Il dit en tout cas, "croire que ce rassemblement est possible" et s'appuie sur un sondage commandé par son mouvement pour l'encourager. 
705 personnes âgées de plus de 18 ans et inscrites sur les listes électorales ont été interrogées sur leurs intentions de vote par l'IFOP entre le 22 et le 25 mai 2020. Selon ce sondage : "Ce n'est qu'un sondage et donc, il faut le prendre comme tel, mais qui ne fait que confirmer que le changement est possible à Toulouse, comme l'avait montré le premier tour" dit Antoine Maurice "Il montre que le rassemblement est le meilleur gage d'une victoire et nous sommes toujours déterminés à le réussir".
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections