Radars : on vous explique pourquoi vous allez devoir être très prudent au volant à Toulouse

Publié le

Des radars d'un nouveau genre ont fait leur apparition dans certaines rues de la ville rose. Capables de détecter plusieurs types d'infraction, ils sont actuellement en phase d'expérimentation. Et attention aux leurres !

Leurs lieux d'implantation sont tenus secret. Une trentaine de radars "nouvelle génération" ont été installés dans les rues du centre-ville toulousain. 

Ces radars urbains, baptisés ETU (Equipement de terrain urbain) sont nettement plus sophistiqués que ceux existant dans le parc actuel. 

Capables de repérer deux types d'infraction, les excès de vitesse dans les deux sens et les franchissements de feu rouge, ils sont pour l'heure en phase expérimentale à Toulouse, Montpellier et Montbéliard, en accord avec les autorités locales.  

Autrement dit, ils ne verbalisent pas encore. Mais lorsqu'ils entreront en service dans le courant de l'année, les conducteurs devront redoubler de vigilance. 

Des radars leurres

Le déploiement de ces ETU, plus petits et discrets que leur grands frères, va en effet être accompagné de "radars leurres".

En clair, pour 5 cabines installées sur les réseaux routiers urbains, seule une sera réellement équipée d'un radar à l'intérieur. Les autres boitiers seront vides. 

Joint par France 3 Occitanie, la Sécurité routière explique qu'il "s'agit là de renforcer la vigilance des conducteurs qui connaissent bien l'emplacement des radars et ne font plus attention à la conduite une fois ces derniers franchis"

Si ce dispositif de leurre n'est pas nouveau, il va être largement amplifié avec l'apparition de ces nouveaux radars.

Des radars multifonctions

Autre source d'inquiétude pour les automobilistes : les ETU pourraient, à terme, verbaliser d'autres types d'infraction que l'excès de vitesse ou le franchissement d'un feu. 

"Les fabricants ont prévu de nombreuses fonctionnalités, mais pour l'instant nous nous en tenons aux excès de vitesse et franchissement de feu rouge. Nous sommes encore dans la phase de tests ", explique la Sécurité routière. 

Le radar urbain est destiné à remplacer, à terme, les cabines actuelles, à l’image de ce qui a été fait sur les bords des routes avec les radars tourelles.

En France, depuis 2015, le parc de radars compte 4700 machines.