Réouverture des commerces dits "non essentiels" à Toulouse : un soulagement en demi-teinte

Lors de son allocution télévisée, le chef de l’Etat Emmanuel Macron a annoncé la réouverture de tous les commerces à partir de samedi. Un soulagement mais pas de quoi sauter au plafond, les pertes financières sont conséquentes, " il y a et il y aura de la casse."
 
Coronavirus : les commerces du centre ville de Toulouse vont rouvrir ce samedi 28 Novembre
Coronavirus : les commerces du centre ville de Toulouse vont rouvrir ce samedi 28 Novembre © FTV
La mesure était très attendue par les commerces dits "non essentiels" du centre -ville à Toulouse. La réouverture des établissements a été annoncée par le Président Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée. Tous les commerces pourront rouvrir ce samedi 28 novembre. Si l’étau se desserre, les professionnels du secteur ont toujours un caillou dans leur chaussure et demeurent inquiets.
Ces commerces avaient été obligés de baisser le rideau le 30 octobre dernier lors de l’annonce du reconfinement. Depuis, ils n’avaient cessé d’alerter les pouvoirs publics sur leur situation et de tout tenter pour convaincre l’exécutif, en vain.  
Cette mesure est donc une bonne nouvelle, un petit rayon de soleil qui a cependant beaucoup de mal à percer dans ce ciel encore assombri par la crise. Tous sont prêts à recevoir à nouveau leur clientèle mais sortent très affaibli des fermetures. Le compte n'y est pas et certains ont déjà mis la clé sous la porte.

La situation nous permet de repartir, ce n’est qu’un soulagement, cela ne remet pas en question les dégâts causés par ces fermetures et une absence d’un bon calibrage des aides pour maintenir une activité.

Samuel Cette, président de la CGPME, confédération des petites et moyennes entreprises en Occitanie


Soulagés et inquiets

Pour le responsable de la librairie  Gibert Joseph à Toulouse, le deuxième confinement a été un désastre, depuis le 28 octobre dernier il estime sa perte de chiffre d’affaires à plus de 200 000 euros.

Ce qui est à prendre sera toujours bon à prendre mais forcément pendant  période de Noël ce sera très compliqué de récupérer les pertes. Comment les gens vont t-ils réagir en décembre? Ont-ils déjà effectué leurs cadeaux de Noël ? On ne sait pas.

Eric Bonneau, Libraire

​​​​​​
Les petits commerces de proximité accusent le coup et enregistrent des pertes financières très importantes. C'est le cas pour cette boutique de vêtements à Toulouse :

Ce deuxième confinement a été terrible, on croyait remonter la pente avant les fêtes de Noël et là cela m’étonnerait qu’il y ait une ruée sur les petites boutiques, donc je ne m’attends pas à sauver l’année comme ça.

Loane Petitgnat-Fouquet Commerçant créateur de mode



"De l’optimisme et de la résilience", c’est ce qui définit le petit entrepreneur explique Samuel Cette. "Mais on ne peut pas échapper à la loi de l’offre et de la demande, encore faudra-t-il que les clients reviennent, on prend acte mais on est très inquiets."
 

De nombreux commerces sont en cessation de paiement et il y aura des disparitions dans les prochains mois. Une fois que l’on sera endetté on n’aura plus les capacités de rembourser et là viendra la fin des cerises.

Protocole sanitaire contraignant

Cette réouverture va s'effectuer sous couvert d’un nouveau protocole sanitaire renforcé.
Le nombre de clients dans le magasin devra être au moins divisé par deux et la jauge d’occupation devrait passer de 4 à 8 m2 pour une personne. Les commerces pourront aussi ouvrir le dimanche et pour limiter les files d’attentes, les horaires d’ouvertures devraient être élargis. Le port du masque restant obligatoire.
Difficile dans ces conditions de renflouer les caisses, explique Raphaël Oved, commerçant dans le secteur du jouet :

Cela va me faire 6 à 7 personnes au lieu de 50 à 60 personnes à Noël, ça va être un peu compliqué.



 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société crise économique économie