Rugby : 18 000 places pré-vendues pour la Coupe d'Europe, une épée de Damoclès au-dessus de la tête du Stade Toulousain

Le Stade Toulousain face aux Irlandais de l'Ulster : ce quart de finale de la Coupe d'Europe de rugby est programmé le dimanche 20 septembre au Stadium de Toulouse. Les règles sanitaires permettront-elles d'accueillir les 18 000 supporters ayant déjà acheté leur billet ? Un gros souci pour le club.

Les supporters du Stade Toulousain ne sont pas certains d'avoir assez de places au Stadium pour le quart de finale de Coupe d'Europe contre l'Ulster.
Les supporters du Stade Toulousain ne sont pas certains d'avoir assez de places au Stadium pour le quart de finale de Coupe d'Europe contre l'Ulster. © X De Fenoyl/MAXPPP
Ce devrait être une fête pour des dizaines de milliers de supporters des Rouges et Noirs.
Le quart de finale de la Coupe d'Europe de rugby entre le Stade Toulousain et la province irlandaise de l'Ulster a été reporté pour cause de confinement au dimanche 20 septembre prochain à 13 H 30.
Une fête, oui, mais devant combien de spectateurs ?
Dès l'annonce de cette affiche - digne d'une finale - pas moins de 18 000 billets ont été pré-vendus, le club ayant choisi de disputer ce choc sur la pelouse du Stadium de Toulouse, une enceinte capable d'accueillir 33 000 spectateurs.
A un mois et demi de cette confrontation cruciale, le Stade Toulousain est inquiet pour ses supporters : le gouvernement a annoncé qu'il prolongeait l'interdiction des rassemblements de plus de 5 000 personnes jusqu'au 31 août.

La balle dans le camp du préfet

Cela représente potentiellement un gros manque à gagner pour le club haut-garonnais compte tenu du lancement de la saison 2020-2021 de Top 14 le week-end des 5 et 6 septembre.
Les dirigeants toulousains comptent sur la possibilité qui est offerte aux préfets de délivrer des dérogations à cette règle des 5 000.

Le pari des abonnements

De là à remplir un stade de 33 000 places, il y a un grand pas à franchir : la crainte actuelle d'une "deuxième vague" épidémique de Covid-19 et le risque d'un "re-confinement" - au moins dans certaines régions - n'incitent guère à l'optimisme.
Pourtant le Président du Stade Toulousain a choisi d'avancer dans la confiance en des temps meilleurs, comme il l'a annoncé lors de sa "conférence de presse de rentrée" en juin dernier.

On a décidé de préparer la saison selon le schéma dans lequel on jouerait normalement début septembre. Nous voulons être dans le positivisme.

Didier Lacroix, Président du Stade Toulousain

Joignant les actes à la parole, le club a choisi de lancer une campagne d'abonnements "normale". Il prend ainsi le risque de mécontenter des milliers de ses fans, si d'aventure ses matches à domicile devaient se disputer à huis-clos ou devant une assistance réduite au minimum.
Pour autant les clubs de supporters des Rouges et Noirs tablent eux aussi sur la magnanimité du préfet.
Cette interrogation n'est pas que sportive : au plan financier le Stade Toulousain n'a pas encore totalement bouclé son exercice budgétaire 2019-2020.
Amputée de trois mois de compétition, la saison du champion de France en titre s'est vue ainsi privée d'une part très importante de ses recettes, constituées à 80 % par la billetterie et toutes les ventes autour des rencontres disputées à domicile (buvette, boutique, sponsors etc).

Jouer à guichets fermés

Un démarrage de la nouvelle saison sans la possibilité de faire le plein en tribunes - que ce soit au stade Ernest Wallon comme au Stadium pour les matches de gala - aggraverait encore les difficultés financières du club haut-garonnais.
Didier Lacroix a eu cette formule : "en cas de matches à huis-clos l'espérance de vie du club est de 40 jours".
Le président et tous les salariés du club, sportifs et administratifs, doivent prier pour que le mois d'août voit une forte régression de l'épidémie de coronavirus.
Pour que la fête ne soit pas gâchée.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
stade toulousain rugby sport coronavirus déconfinement économie stade toulousain rugby sport coronavirus déconfinement économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter