• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Sécheresse alarmante en Haute-Garonne : le niveau des nappes phréatiques au plus bas

La situation hydrologique est préoccupante en Haute-Garonne. / © MaxPPP
La situation hydrologique est préoccupante en Haute-Garonne. / © MaxPPP

Le niveau des nappes souterraines inquiète la préfecture de Haute-Garonne. Elle a réuni pour la deuxième fois cette année le comité de l'eau pour faire le point sur la situation hydrologique du département.

Par Nathalie Fournis

Le 6 mai dernier, la préfecture de Haute-Garonne organisait le deuxième comité de l'eau de l'année pour faire le point sur l'état hydrologique de notre département avant la période d'étiage. Il réunissait le panel de citoyens participant au projet de territoire Garon’Amont  mené par le Conseil
départemental de la Haute-Garonne.

Une situation préoccupante en raison "des faibles débits dans les cours d’eau et une fonte anticipée de la neige nécessitant une vigilance accrue". 
Même si le remplissage des barrages est de plus de 80%, le phénomène fait craindre une sécheresse précoce.

Le déficit pluviométrique est de 20% par rapport à la normale  

Traditionnellement les nappes souterraines se rechargent entre les mois de novembre et mars de l'année suivante.
Mais cet hiver a été particulièrement sec, les chutes de neige moins abondantes et les températures du mois de février printanières.
Le mois de mars a précipité la fonte des neiges, il n'a pas été aussi sec depuis 1961.
Même si les pluies d'avril restent proches de la normale, elles n'ont pas suffi à faire remonter le niveau des nappes souterraines du bassin Adour-Garonne.

Le faible débit des cours d'eau demeure préoccupant.

La préfecture dresse ce constat alarmant :

l’affaiblissement et la fonte de plus en plus précoce du manteau neigeux aura pour conséquence d’apporter moins d’eau en début d’été.
Une situation qui devrait s’accentuer et dont les effets seront perceptibles sur tous les affluents pyrénéens de la Garonne.
Les différentes études sur le changement climatique montrent une diminution des débits naturels de 20 à 40 %, voire 50 % en été.
Les prévisions à l’horizon 2050 font état d’une diminution de moitié des débits naturels en été.
La conséquence sera, pour ces rivières et le fleuve, des étiages prolongés et arrivant beaucoup plus tôt, à savoir dès juin/juillet au lieu de août/septembre.

 

Qu'est-ce-que le projet Garon'Amont ?

Le vendredi 22 mars, Journée mondiale de l'eau, est marquée par le lancement du dialogue citoyen sur le projet de territoire Garon'Amont.
Le projet de territoire Garon'Amont est porté par le Conseil départemental de la Haute-Garonne, en partenariat avec l’État, la Région Occitanie, Pyrénées-Méditerranée, les Conseils départementaux de la Haute-Garonne, de l’Ariège, des Hautes-Pyrénées et du Gers, le Val d’Aran et l’Agence de l’Eau Adour Garonne, afin d'assurer une gestion concertée et durable de l'eau en Garonne amont et de permettre ainsi la poursuite du développement des territoires dans le respect des équilibres environnementaux.

A lire aussi

Sur le même sujet

Montpellier : alerte à la bactérie tueuse Xylella fastidiosa dans les ports et aéroports

Les + Lus