Toulouse : l'association 2 pieds 2 roues lance une campagne contre le vol des vélos

L'explosion de la pratique du vélo s'accompagne d'une recrudescence des vols de bicyclettes avec des moyens de plus en plus lourds. Pour y faire échec, l'association 2 pieds 2 roues interpelle police, gestionnaires de parkings et collectivités locales tout en donnant ses conseils aux cyclistes. 
Plus de 4000 vélos sont volés chaque année à Toulouse
Plus de 4000 vélos sont volés chaque année à Toulouse © Jean-Marc LOOS/MaxPPP
Environ 2000 vélos sont déclarés volés chaque année à Toulouse. Mais au moins la même quantité de vols ne seraient pas déclarés. Premières victimes, selon l'association 2 pieds 2 roues (2P2R) : les propriétaires de bicyclettes à assistance électrique dont le prix peut atteindre plusieurs milliers d'euros. Les voleurs utilisent des moyens de plus en plus lourds. Il n'est pas rare que des antivols ou du mobilier urbain soient découpés en plein jour à l'aide de petites disqueuses ou tronçonneuses fonctionnant sur batterie. Il existe des filières de revente des vélos. En témoigne l'enquête au mois de septembre d'une journaliste du Parisien. Elle a raconté comment elle s'était fait sciemment voler sa bicyclette (lien payant), équipée d’un tracker GPS, pour le retrouver dans un camion en partance pour l’étranger.  

Cette recrudescence de vols décourage la pratique du vélo. "1 cycliste sur 5 victime de vol, constate 2P2R, ne remontera pas sur un vélo rapidement, d’autant plus que le vol touche principalement les “débutants”. L'association a donc écrit aux différents acteurs qu'elle a identifiés comme ayant les moyens de réduire ce phénomène.

2P2R interpelle collectivités publiques, police, constructeurs immobiliers et gestionnaires de parkings

Elle demande ainsi aux collectivités publiques et aux gestionnaires de parking (Toulouse Métropole, SICOVAL, Tisséo, Région, Indigo...) de mettre à disposition "des parkings vélos réellement sécurisés et répartis dans la ville afin que les habitants, consommateurs et salariés ne laissent pas leur vélo dehors longtemps". 2P2R demande également aux constructeurs et bailleurs immobiliers "de veiller à ce que les constructions et rénovations d'immeubles possèdent bien un local vélo conforme à la réglementation".

Enfin, 2P2R interpelle les polices nationales et municipales pour leur demander de "surveiller et démanteler les filières de trafic qui se développent".

"Bailleurs, promoteurs, propriétaires, entreprises, commerçants : ils doivent offrir de vrais espaces vélo sécurisés. Trop souvent encore le code de l’urbanisme n’est pas respecté dans les constructions neuves où le local vélo n’est pas sécurisé mais équipé d’un simple pince-roues inefficace. Le local vélo doit être fermé et doit permettre d’attacher le vélo à un point fixe par le cadre et une roue. Rappelons qu’1 vol sur 2 a lieu dans un lieu privé", précise l'association.

Pas de solution miracle contre le vol mais de multiples précautions possibles

Aux cyclistes, elle rappelle qu'il n’existe pas de solution miracle mais de multiples précautions permettant de limiter les risques :
En cas de vol, 2P2R recommande de systématiquement porter plainte auprès de la Gendarmerie ou de la Police (pré-plainte recommandée en ligne) , déclarer le vol sur l’application Bicycode si le vélo est gravé, déclarer le vol à son assurance spécifique ou bien après avoir vérifié que son contrat habitation couvre le vol de vélo. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vélo économie transports faits divers sécurité société