• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Toulouse : évacuation d'un campement de Roms aux Arènes

L'évacuation se passe dans le calme depuis ce matin / © S. Duchampt/ France 3
L'évacuation se passe dans le calme depuis ce matin / © S. Duchampt/ France 3

L'évacuation d'un camp d'Albanais, dont beaucoup sont d'origine Rom dans le quartier des Arènes à Toulouse a commencé ce mercredi 13 mars au matin. Installée depuis septembre dernier, une trentaine de familles vivait dans ce campement de fortune. 

Par AM avec Sylvain Duchampt

L'évacuation d'une centaine de personnes se passe dans le calme ce mercredi matin. Installées dans le Jardin du Pech aux Arènes depuis plus de six mois, elles prennent leurs valises et montent dans un bus qui doit les amener vers un logement temporaire. Elles seront logées dans un hôtel dès ce soir. Les forces de l'ordre sont sur place pour encadrer l'opération. 

Toutes les personnes évacuées sont des demandeurs d'asile. Une trentaine de familles au total. L'évacuation a lieu pour des raisons sanitaires. Elle fait suite à une décision de justice, mais aussi au désengorgement des chambres d'hôtels grâce aux 200 places créées dans le centre d'hébergement de Jolimont

D'autres camps, comme celui de l'île du Ramier ou de Malepère, vont être évacués dans les prochains jours. 
 
évacuation camp de Roms Arènes
La préfecture de la Haute-Garonne indiquait ce mercredi soir dans un communiqué de presse : 

Les services de l’Etat et la Mairie de Toulouse ont procédé, en application d’une décision de justice, à l’évacuation du campement précaire installé Jardin du Pech, propriété de la Mairie de Toulouse. Au total 113 personnes (26 ménages), toutes de nationalité albanaise, dont 61 mineurs ont été évacuées et mises à l’abri. L’Etat a pris en charge toutes les personnes par un hébergement à l’hôtel à compter d’aujourd’hui.

Elle ajoute qu'un gymnase a été aménagé afin d'"accueillir et orienter sur la journée les différents occupants." 

A lire aussi

Sur le même sujet

"Essai clinique sauvage" : plutôt une "étude scientifique" pour Henri Joyeux

Les + Lus