Toulouse : le conseil d’État suspend la dissolution de “Palestine vaincra”, qui salue une “victoire collective”

Publié le Mis à jour le
Écrit par Lauriane Nembrot .

Le collectif “Palestine vaincra” était visé par une procédure de dissolution annoncée en mars dernier. Le conseil d’État vient d’y mettre fin. Créé à Toulouse il y a trois ans, ses membres appellent à la mobilisation contre Israël et ses soutiens.

C’est une victoire pour nous et pour l’ensemble des associations qui soutiennent le peuple palestinien, qui sont anti-colonialistes", commente en substance Tom Martin, le porte-parole au sein de “Palestine vaincra”.

Ce vendredi 29 avril, le conseil d’État a suspendu la dissolution du collectif basé à Toulouse. Annoncée le 9 mars dernier par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, la procédure de dissolution devait être immédiate. L’organisation s'y est opposé devant le conseil d'État. Elle était alors accusée d’appeler à “la haine, la violence et la discrimination.

Une “victoire collective”

 “Cette décision du conseil d’État nous permet de poursuivre nos activités de soutien au peuple palestinien contre le colonialisme et l’apartheid israélien”, commente ce samedi Tom Martin, membre fondateur du collectif “Palestine vaincra”. 

Selon lui, cette décision a été possible grâce à la mobilisation constante de plusieurs organisations qui soutiennent activement le collectif. “Le comité de soutien était composé d’une trentaine d’organisations toulousaines avec notamment la CGT, la ligue des droits de l’Homme, Solidaires, la FSU…”, explique Tom Martin.  “C’est important de rappeler que c’est un combat que l’on a mené avec beaucoup de monde”.

C’est une victoire collective pour la défense de la liberté d’expression et d’association

Tom Martin, porte-parole de “Palestine vaincra”

Le maire de Toulouse attaqué

Dès sa création il y a trois ans, le collectif “Palestine vaincra” critique la politique menée à la mairie de Toulouse, accusée de soutenir l’État hébreu au détriment du peuple palestinien. Ses membres dénoncent notamment le jumelage de la ville de Toulouse avec celle de Tel-Aviv en Israël. 

Durant toute cette affaire, Jean-Luc Moudenc s’est illustré en tenant des propos particulièrement scandaleux”, fustige Tom Martin. Il attaque “une défense sans faille de la politique israélienne” et condamne “le soutien apporté à la droite et l’extrême droite israélienne” apporté par le maire de Toulouse. 

Appel à la mobilisation générale

Lorsque le gouvernement a ordonné la dissolution du collectif, l’actuel maire de Toulouse “s’était félicité de cette décision”, rappelle Tom Martin. “C’est donc un camouflet, une défaite pour Emmanuel Macron mais aussi Jean-Luc Moudenc” ; commente Tom Martin. 

Pour concrétiser cette opposition, le collectif “Palestine vaincra” annonce qu’il va mener “des initiatives dans les jours à venir”. "Nous allons réunir prochainement nos nombreux soutiens à Toulouse”, assure Tom Martin, "peut-être autour de la date symbolique du 15 mai, mais nous devons encore nous concerter”, précise-t-il.

Les attaques d’Emmanuel Macron sont un virage autoritaire qui concernent l'ensemble des organisations progressistes et antiracistes

Tom Martin, porte-parole du collectif "Palestine vaincra"

Un appel à la mobilisation est lancé, alors que les tensions entre Israël et l’Autorité palestinienne se ravivent. Ces dernières semaines, plusieurs attaques sur l’Esplanade des mosquées à Jérusalem-Est ont eu lieu entre les forces de l’ordre de l’État hébreu et les militants palestiniens. Plusieurs personnes ont été tuées.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité