Toulouse : le dernier tronçon à 2X3 voies de la rocade inauguré ce jeudi 8 juillet

Une cause de bouchons en moins pour les automobilistes à Toulouse : le dernier tronçon à 2X3 voies de la rocade a été inauguré ce jeudi 8 juillet par Jean-Baptiste Djebbari, le ministre délégué aux Transports en personne. C'est (presque) la fin de 2 ans et demi de galère sur cette portion de 2,4 km.

C'est l'aboutissement d'un chantier qui a débuté en janvier 2019 : les travaux de mise à 2X3 voies du tronçon long de 2,4 km de l'A.620, la rocade de Toulouse, entre les échangeurs de Lespinet et de Rangueil, touchent (pesque) à leur fin.

Il s'agissait de la toute dernière portion encore réduite à 2X2 voies, cause de très nombreux - et parfois très longs - embouteillages, pour les plus de 110 000 usagers empruntant chaque jour le périphérique toulousain dans sa partie sud, que ce soit côté intérieur comme extérieur d'ailleurs.

L'ouverture de ce dernier tronçon à 2X3 voies de la rocade - longue au total de 34 kilomètres - a été inaugurée ce jeudi 8 juillet.

Pour résorber ainsi la dernière portion la plus "embouteillogène" du périph toulousain, il a fallu pendant deux ans et demi réduire sa largeur à deux voies étroites, avec une vitesse limitée à 90km/h : autrement dit aggraver l'une des causes des bouchons les plus longs de l'ensemble du tracé pour la "bonne cause", celle d'y mettre fin.

Un financement collectif

Pour financer les 48,5 millions d'euros qu'aura coûté ce chantier, toutes les collectivités y sont allées de leur poche : l'État a participé à hauteur de 30% de ce montant, Toulouse Métropole 29,1%, 21,5% ont été apportés par la Région Occitanie et 19,4% par le Département de la Haute-Garonne.

Une fois n'est pas coutume : malgré une suspension de plusieurs mois lors du premier confinement, au second trimestre 2020, les travaux ont été si rondement menés qu'ils sont pratiquement bouclés, alors que leur achèvement n'était programmé au départ que pour la fin de cette année 2021.

Il reste certes quelques finitions mais la priorité a été donnée à son ouverture à la circulation des usagers.

Du mieux, pas l'idéal

Cependant, la vision idéalisée d'une rocade à 100% débarassée de ses embouteillages n'est encore qu'un rêve inaccessible : entre le débouché de l'autoroute A.64 (en provenance de Tarbes et Muret) et l'échangeur de Lespinet, il y aura toujours une partie rétrécie à deux voies effectives, la troisième desservant la sortie "Empalot", côté périphérique extérieur.

Côté intérieur, c'est la portion entre les échangeurs de La Cépière et Purpan qui reste le principal point noir avec un trafic de plus de 140.000 véhicules par jour.

Mais cet effort va dans le bon sens.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité